Le projet Décameron20/2.0

À l’origine du projet, il y a la littérature. Comme un désir d’échapper au monde, l’envie de le dire aussi, de dévoiler le mystère de la Création – et ses ratés – par la création elle-même.

Quelque part dans la Bible (Genèse 2,20), il est dit que l’homme en premier lieu nomma les animaux qui l’entouraient (Dieu les lui présenta « pour voir comment il les appellerait »). Il fit cela parce que le Verbe est nécessaire à l’intelligence du monde. Car nommer c’est aussi commencer à maîtriser le monde, à dominer ses peurs. La littérature est tout simplement le processus abouti de ce premier élan vital. Mais comme tout processus humain, il n’est pas simpliste et revendique au contraire une liberté absolue et n’obéit qu’aux règles que chaque écrivain se donne à lui-même. Il est créativité, ré-création et non obsession de nomenclature. Voici la première étape du projet.

Le confinement auquel chacun est soumis aujourd’hui n’est pas une nouveauté dans l’histoire de l’Homme. Il fut largement pratiqué lors des épidémies de peste au Moyen Âge, par exemple. L'un de ces épisodes nous est raconté par le grand écrivain florentin Boccace dans le fameux Décaméron.

En 1348, menacés par la peste, dix jeunes gens, sept filles et trois garçons, se retirent à la campagne pour une quarantaine (de quatorze jours, déjà !) salvatrice. Prisonniers d'un temps qui se fige et menace les esprits les plus solides, ils décident de combler l’absence de contact avec le monde en emplissant l’inquiétant silence nocturne de récits – par la littérature, en somme, comme une thérapie conjuratoire. Chaque jour, un roi ou une reine est désigné pour choisir un thème sur lequel chacun élaborera une histoire avant de la raconter aux autres lors de longues veillées. Le Décaméron est la réunion de cette production originale : en tout, dix récits chacun des dix jours consacrés à ce jeu littéraire (deux jours par semaine sont consacrés au repos). Cent récits qui ont traversé le temps et qui ont aussi influé sur notre perception du Moyen Âge et du tragique de l’épidémie de peste.

L’intemporel Décaméron est donc l’idée structurante du présent projet. C’est la seconde étape.

Les éditions Albiana proposent de mettre en place un fabuleux chantier littéraire commun. Chacun, guidé par le goût de la littérature partagée, peut participer en confiant à notre comité de lecture, spécialement constitué pour l'occasion,une nouvelle, un récit, un poème, une idée de lecture éclairante, un fragment de miroir personnel. Chacun de ces éclats intimes, publié sur notre site et relayé par nos outils de communication, viendra quotidiennement, grâce à la puissance de la littérature, illuminer l’obscurité actuelle. Émergera alors un instantané éclairant du phénomène que nous vivons collectivement malgré le confinement et la distanciation.

Les textes les meilleurs, plébiscités par les lecteurs, seront publiés, dès que le vent mauvais aura cessé, et constitueront une mémoire vivante, mais non éphémère, sous la forme d’un ouvrage, exceptionnel kaléidoscope d’une société résiliente grâce, entre autres, à la création.

Ce projet éditorial, intitulé aujourd’hui Décaméron20/2.0, est à la fois un hommage à la littérature salvatrice, celle d’hier et celle de demain, mais aussi à la créativité et à la puissance de l’humain pour peu qu'il soit rassembleur et solidaire.

Retrouvez les critères et modalités ici

https://www.albiana.fr/blog/le-projet-decameron2020/contenu-criteres-et-modalites-du-projet-decameron2020

     

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
        
    
Place au projet littéraire : « Le Nouveau Décaméron » !

Place au projet littéraire : « Le Nouveau Décaméron » !

Le projet de littérature Décaméron 20/2.0, né durant le confinement est désormais clos. Les éditions Albiana ont décidé de porter un nouveau projet littéraire : une revue « mensannuelle » intitulée « Le Nouveau Décaméron ».
Clap de fin pour le projet littéraire Décameron20/2.0

Clap de fin pour le projet littéraire Décameron20/2.0

Aujourd’hui sont mis en ligne les ultimes textes !
Migliacciaru, la FORTEF... (souvenirs d’enfance) - Dominique Taddei

Migliacciaru, la FORTEF... (souvenirs d’enfance) - Dominique Taddei

Dominique Taddei se souvient, comme Salvatore, du Cinema Paradiso de son enfance… à Mille-charrues, dans le Fiumorbu.
La vie au temps du confinement. Aujourd’hui : Barcelone, Jour 111.1, soir - Alain Borrat

La vie au temps du confinement. Aujourd’hui : Barcelone, Jour 111.1, soir - Alain Borrat

Les événements se précipitent… livré à lui-même le héros décide de… se sauver ! Fin de la série d’Alain Borrat.
Reclus ? Perclus ? Exclu ? - Yves Rebouillat

Reclus ? Perclus ? Exclu ? - Yves Rebouillat

Yves Rebouillat conclut 48 jours de confinement : quand même, voir les autres… ce n’est pas rien !
Je me souviens d’une chanson - Raphaël Cavallero

Je me souviens d’une chanson - Raphaël Cavallero

Raphaël Cavallero envoie un dernier petit poème, une ritournelle pour un retour éternel.
L'amour au temps du covirus - Pierre Lieutaud

L'amour au temps du covirus - Pierre Lieutaud

L’antidote à la peur de la mort ? Peut-être l’amour de Marie ? Une courte nouvelle de Pierre Lieutaud.
Sommaire des textes publiés depuis le début du projet

Sommaire des textes publiés depuis le début du projet

Décaméron20/2.0 - Textes publiés - Mise à jour du 3 juin 2020
A Mamma - Pierre-Jean Susini

A Mamma - Pierre-Jean Susini

Quand meurt la mère, le théâtre familial oscille entre drame et comédie. Una pezza di tiatru di Pierre-Jean Susini.
A Favula matta - Ugo Pandolfi

A Favula matta - Ugo Pandolfi

Deux auteures complices et « sorties de nulle part » peuvent-elles prétendre à un prix littéraire insulaire ? Une nouvelle de Ugo Pandolfi.
Une autre journée avec la mer - Franck Castellani

Une autre journée avec la mer - Franck Castellani

Franck Castellani trouve l’apaisement des douleurs dues au confinement dans la contemplation de la mer.
Toi - Estelle Peroni

Toi - Estelle Peroni

Estelle Peroni envoie une lettre pétrie d’amour…
Hôtels du monde entier - Dominique Taddei

Hôtels du monde entier - Dominique Taddei

Dominique Taddei, ancien navigant d’Air France, raconte quelques unes de ses rocambolesques (més)aventures dans les hôtels du monde entier.
La vie au temps du confinement.  Aujourd’hui : Barcelone, Jour 100.0, après-midi - Alain Borrat

La vie au temps du confinement. Aujourd’hui : Barcelone, Jour 100.0, après-midi - Alain Borrat

Le héros tâte à nouveau de la sensation de liberté. À quoi ressemble-t-elle dans cet univers livré aux goélands ? Suite de la nouvelle d’Alain Borrat.
E cabine à libri in Corsica - Cathy Campana

E cabine à libri in Corsica - Cathy Campana

Evviva l’amori di i libri, tutti i libri, sopratuttu quelli chi si spartenu, ci ramenta Cathy Campana.
Mémoire d’amour / Une fin - Kathy Ferrari

Mémoire d’amour / Une fin - Kathy Ferrari

Deux nouveaux poèmes d’amour perdu, par Kathy Ferrari
Autour de Censier - Mathée Giacomo Marcellesi

Autour de Censier - Mathée Giacomo Marcellesi

Deux petits clins d’œil à la solidarité insulaire qui s’exprime dans toutes les situations, même les plus inattendues, par Mathée Giacomo Marcellesi
Textes bouclés - Prochaines publications lundi 1er juin

Textes bouclés - Prochaines publications lundi 1er juin

Le bouclage du Décameron20/2.0 a eu lieu, mais la mise en ligne continue !
Réponds-moi - Kathy Ferrari

Réponds-moi - Kathy Ferrari

Une poésie-lettre délicieusement amoureuse… par Kathy Ferrari
O chì tempi maladetti / L'omu pridadore - Cathy Campana

O chì tempi maladetti / L'omu pridadore - Cathy Campana

Cathy Campana scrive in rima i malanni d’oghji…
Libéré au printemps - Franck Castellani

Libéré au printemps - Franck Castellani

Franck Castellani se réjouit de la libération annoncée par le retour du printemps
Nous n’irons plus danser / Novembre - Liliane Vaillant

Nous n’irons plus danser / Novembre - Liliane Vaillant

Liliane Vaillant envoie deux nouveaux poèmes empreints d’une douce mélancolie…
Dialogue 2.0 - Ugo Pandolfi

Dialogue 2.0 - Ugo Pandolfi

« Peut-on encore crier ? » se demande Ugo Pandolfi dans une historiette pour jeunes gens d’aujourd’hui.
Le figuier de Casalta - Sylvia Cagninacci

Le figuier de Casalta - Sylvia Cagninacci

Le figuier de la maison recèle d’intimes secrets, il faut l’écouter parler… une nouvelle de Sylvia Cagninacci.
C'est pas du cinéma - Jean Torregrosa

C'est pas du cinéma - Jean Torregrosa

Repas de famille devant la télé qui débite… une scénette du quotidien, de Jean Torregrosa
Scunfinamentu - Marianghjula Antonetti-Orsoni

Scunfinamentu - Marianghjula Antonetti-Orsoni

Le déconfinement et son poème acrostiche in lingua corsa par Marianghjula Antonetti-Orsoni
Textes bouclés - Prochaines publications vendredi 29 mai

Textes bouclés - Prochaines publications vendredi 29 mai

Le bouclage du Décameron20/2.0 a eu lieu, mais la mise en ligne continue !
Trois poèmes - Frank Castellani

Trois poèmes - Frank Castellani

Frank Castellani, partage une dernière salve de trois poèmes…
Prughjetu puemi - Tiger Lily Keyser

Prughjetu puemi - Tiger Lily Keyser

Tiger-Lily Keyser ci offri a seguita di u so “Prughjetu puemi” natu in pettu à l’anima, tra l’amori e la morti.
Journal - Philippe Castellin

Journal - Philippe Castellin

Du 23 mars Philippe Castellin au 11 mai 2020, Philippe Castellin a tenu un journal quotidien consacré aux événements vécus depuis Ajaccio, son lieu de confinement. Journal complet
Scene da Coronavirus - Barbara Panelli

Scene da Coronavirus - Barbara Panelli

Barbara Panelli a scruté le réel modifié dans ses moindres détails par le coronavirus : une humanité abasourdie, pathétique parfois, désireuse de vivre toujours. (Traduction française de l’auteure à la suite)
L’homme confiné : Des inconvénients du confinement et de ses avantages - Robert Colonna d’Istria

L’homme confiné : Des inconvénients du confinement et de ses avantages - Robert Colonna d’Istria

Le promeneur des temps figés, imaginé par Robert Colonna d’Istria, tire quelques leçons du confinement : la lucidité n’empêche pas le bonheur.
Deux poèmes - Kathy Ferrari

Deux poèmes - Kathy Ferrari

Deux derniers petits poèmes existentiels avant de clore, envoyés par Kathy Ferrari
Paradis perdu - Pierre Lieutaud

Paradis perdu - Pierre Lieutaud

Pierre Lieutaud, emprunte à la comptine ses mots d’enfants et ses questions profondes pour évoquer le monde d’hier et celui « d’après »…
Dernier vol - Raphaël Cavallero

Dernier vol - Raphaël Cavallero

Raphaël Cavallero, un dernier poème en forme de promesse, avant de goûter à nouveau à la liberté…
La vie au temps du confinement.  Aujourd’hui : Barcelone, Jour 99.9, nuit - Alain Borrat

La vie au temps du confinement. Aujourd’hui : Barcelone, Jour 99.9, nuit - Alain Borrat

Pour l’homme confiné de Barcelone, les conditions se dégradent : de Charybde en Sylla sans bouger de place ! L’éclaircie tarde à venir… Une chronique d’Alain Borrat
Textes bouclés - Prochaines publications mercredi 27 mai

Textes bouclés - Prochaines publications mercredi 27 mai

Le bouclage du Décameron20/2.0 a eu lieu, mais la mise en ligne continue !
Petit - Estelle Peroni

Petit - Estelle Peroni

Quand il s’agit de décider, à la croisée des chemins, on est tout petit. En en sortira grandi… Une nouvelle d’Estelle Peroni.
Suite marine - Sylvain Rivière

Suite marine - Sylvain Rivière

Depuis le Québec, Sylvain Rivière, envoie une nouvelle brassée de poèmes marins.
Il est trop tôt - Agnès Marin

Il est trop tôt - Agnès Marin

Un poème léger et beau comme un pétale de rose, offert par Agnès Marin.
Soliloques rémanents, 3 - Yannick Stara

Soliloques rémanents, 3 - Yannick Stara

Yannick Stara partage à nouveau quelques bribes poétiques de son Soliloque rémanent…
La messagère - Pierre-Jean Giannesini

La messagère - Pierre-Jean Giannesini

Une vaillante messagère brave les saisons, porteuse d’espérance. Une nouvelle de Pierre-Jean Giannesini
U Cuncertu di rock - Pierre-Jean Susini

U Cuncertu di rock - Pierre-Jean Susini

A vinuta di U2 in Bastia è l’uccasioni di discorra una stonda annant’à ciò ch’hè à musica pa’ ssi ghjovani bastiacci. Una pezza di teatru di Pierre-Jean Susini.
Pandorus, cité des lumières, en l'an 2336 - Vannina Bruna

Pandorus, cité des lumières, en l'an 2336 - Vannina Bruna

Vannina Bruna livre un petit conte facétieux mais grave… ou  comment l’humanité faillit rater une marche en 2020…
La vie au temps du confinement. Aujourd’hui : Barcelone, Jour 88.8, matin - Alain Borrat

La vie au temps du confinement. Aujourd’hui : Barcelone, Jour 88.8, matin - Alain Borrat

Le héros d’Alain Borrat continue à subir le monde nouveau : char dans la rue, chiens errants et goélands voraces font l’essentiel de la journée.
Textes bouclés - Prochaines publications lundi 25 mai

Textes bouclés - Prochaines publications lundi 25 mai

Le bouclage du Décameron20/2.0 a eu lieu, mais la mise en ligne continue !
« Nous ne pourrons commencer à voir qu’en invitant l’ensemble du vivant à nous ouvrir les yeux » - Vendredi Corsoe

« Nous ne pourrons commencer à voir qu’en invitant l’ensemble du vivant à nous ouvrir les yeux » - Vendredi Corsoe

C’est au tour de Vendredi Corsoe de donner sa version des faits… elle est accablante ! Il faudra pourtant l’écouter au risque de nous perdre…
Enfermements - Yves Rebouillat

Enfermements - Yves Rebouillat

La réclusion forcée est propice à l’émergence des souvenirs enfouis. Les histoires d’amour tragique reviennent à l’esprit avec précision, se nouent et se dénouent une dernière fois… Une nouvelle d’Yves Rebouillat.
Le confinement : une sensation de liberté retrouvée - Renée Labadie

Le confinement : une sensation de liberté retrouvée - Renée Labadie

Renée Labadie profite du confinement pour revenir aux fondamentaux : un manifeste du bonheur nait de ces moments de répit.
Città di piombu / Cité de plomb - Marc-Antoine Faure

Città di piombu / Cité de plomb - Marc-Antoine Faure

Ambiance aux lourds souvenirs dans la cité de plomb. Une nouvelle bilingue de Marcu Antone Faure