Toi - Estelle Peroni

Estelle Peroni envoie une lettre pétrie d’amour…

  

  

Toi

Salut toi,

Je suis venue te rencontrer. Je suis venue te parler.

Ça fait longtemps, je sais. J'en prends conscience. Ça fait même très, très, très longtemps. Ça fait même beaucoup, beaucoup, beaucoup trop longtemps.

Pardon. Excuse-moi. Pardonne-moi.

Je suis désolée. Tellement désolée.

Je viens te présenter mes excuses. Et Dieu seul sait si elles sont longues. Dieu seul sait si elles sont nombreuses.

Tu sais ce qu'il se passe ? Bien sûr. Bien sûr que tu le sais. Tu as toujours été avec moi. Tu l'es encore aujourd'hui. Alors que moi je n'ai plus été avec toi. Pardon. Pardonne-moi.

Je suis inexcusable. Mais peut-être qu'avec de l'amour. Avec beaucoup, beaucoup, beaucoup d'amour. Et du temps. Peut-être qu'on va pouvoir réparer.

Je le veux. Je te le jure. Je le veux au plus profond de mon cœur. C'est ce que je veux et désire le plus au monde. Je te le jure. Écoute mon cœur. Écoute. Écoute-le ma sœur, mon double, l'extension de moi-même. Mon ombre, mon âme, ma lumière.

Rassemble-moi. Aide-moi. Guéris-moi. Aime-moi. Protège-moi. Je t'en supplie.

Je suis désolée. Désolée de t'avoir mise de ton côté. Désolée de t'avoir oubliée. J'ai honte. Si tu savais comme je me sens mal.

Je suis désolée de t'avoir fait du mal. Je suis désolée de t'avoir dévalorisée. Je suis désolée d'avoir pensé que tu ne valais rien. Je suis désolée d'avoir cru que tu ne valais pas la peine d'être aimée. Je suis désolée de t'avoir dit que tu n'étais pas belle. Je suis désolée de t'avoir dit que ton corps n'est pas beau. Je suis désolée d'avoir pensé que tu n'étais pas assez intelligente. Je suis désolée d'avoir pensé que tu n'étais pas assez. Je suis désolée d'avoir pensé que tu étais trop. Je suis désolée de t'avoir dit que c'était toi le problème.

Je suis désolée de ne pas être venue plus tôt. Je suis désolée de ne pas avoir commencé par ici. Je suis désolée de ne pas t'avoir écoutée. Je suis désolée de t'avoir fait croire qu'autrement, sans toi, c'était mieux. Je suis désolée d'avoir cru qu'il fallait attendre pour que tout aille mieux. Je suis désolée de ne pas t'avoir rassurée. Je suis désolée de t'avoir laissé pleurer. Je suis désolée de t'avoir lâché la main. Je suis désolée de ne pas avoir cru en toi. Je suis désolée de ne pas t'avoir respectée. Je suis désolée de ne pas t'avoir considérée. Je suis désolée d'avoir minimisé ta valeur. Je suis désolée de t'avoir éteinte. Je suis désolée de t'avoir faite taire. Je suis désolée de t'avoir cachée. Je suis désolée de t'avoir abandonnée. Je suis désolée de t'avoir rejetée. Je suis désolée d'avoir eu honte de toi quand c'est toi qui devrais avoir honte de moi.

Tu es toujours là. Et tu n'as pas honte.

Je suis désolée d'avoir été infidèle. Je suis désolée de m'être forcée. Je suis désolée de m'être retenue. Je suis désolée de m'être tue. Je suis désolée d'avoir fais semblant de ne pas entendre. Je suis désolée de ne pas t'avoir consolée. Je suis désolée de ne pas t'avoir protégée. Je suis désolée de ne pas t'avoir soignée.

Je veux repartir. Avec toi. Si tu le veux. Je te fais la promesse de t'aimer, de te respecter, de te considérer, de te comprendre, de t'écouter, de te choyer. Je te promets de prendre soin de toi. Je te promets de t'aimer plus que tout sur cette terre et au-delà. Je te promets de te faire confiance. Je te promets de ne plus avoir peur. Je te promets d'oser. Je te promets de ne plus perdre de temps. Je te promets de ne plus jamais regarder en arrière. Je te promets de te rassurer. Je te promets que tu ne seras plus jamais seule.

Je te promets d'être toujours avec toi. Je te promets de rester là. Je te promets de te promettre encore et toujours. Je te promets de tenir mes promesses quoi qu'il arrive. Je te promets honnêteté, fidélité et amour.

Veux-tu bien me pardonner. Veux-tu bien m'accepter. Veux-tu bien me pardonner.

Je te promets de la bienveillance, je te promets des encouragements. Je te promets de la réussite. Je te promets de l'amour. Je te promets du désir. Je te promets de l'aventure. Je te promets des rires. Je te promets du bonheur. Je te promets du partage. Je te promets de la passion. Je te promets des découvertes. Je te promets de la douceur. Je te promets d'y croire. Je te promets d'y croire plus fort. Je te promets de ne jamais rien lâcher. Je te promets d'y arriver.

Je te demande pardon de ne pas avoir compris que la réponse à mes questions c'était toi. Je te demande pardon de ne pas avoir compris que le soulagement de mes angoisses c'était toi. Je te demande pardon de ne pas avoir compris que la lumière de mes zones d'ombres c'était toi. Je te demande pardon. Je te demande pardon d'avoir eu peur plutôt que de faire. Je te demande pardon d'avoir cherché à combler et compenser ce manque que tu ressentais à cause de moi. Je te demande pardon de ne pas avoir pu penser que j'étais la fin de tes malheurs. Je te demande pardon de ne pas y avoir cru. Je te demande pardon d'avoir douté. Je te demande pardon d'avoir été touchée et blessée. Je te demande pardon de t'avoir laissée te faire toucher et blesser. Je te demande pardon d'avoir prétendu que ça ne me faisait rien ressentir. Je te demande pardon de ne pas avoir été courageuse. Je te demande pardon d'avoir fui. Je te demande pardon de ne pas avoir affronté avec toi.

Je te demande pardon d'avoir été ton bourreau. Je te demande pardon d'avoir été la victime. Je te demande pardon d'avoir passé mes nerfs sur toi. Je te demande pardon d'avoir été cruelle, insensible et aveugle. Je te demande pardon d'avoir été violente. Je te demande pardon d'avoir été muette. Je te demande pardon pour toutes les mauvaises pensées et les mauvais sentiments qui t'ont fait peur. Je te demande pardon de t'avoir donné des raisons d'avoir peur de moi. Je te demande pardon de t'avoir donné des raisons de ne plus avoir confiance en moi. Je te demande pardon d'en avoir valorisé d'autres à ta place. Je te demande pardon d'avoir cherché à tout prix leur attention, leur amour, leur affection, leur approbation quand c'était les tiennes qui étaient essentielles.

Je suis désolée de m'être réfugiée hors de la réalité plutôt qu'auprès de toi. Je suis désolée d'avoir eu peur de la réalité. Je suis désolée d'avoir été passive. Je suis désolée. Je suis désolée de ne pas t'avoir remerciée de m'avoir sauvée. Je suis désolée de m'être bercée d'illusions pour me rassurer. Je suis désolée d'avoir eu peur du regard des autres. Je suis désolée de m'être faite toute petite. Je suis désolée d'avoir toujours envisagé le pire. Je suis désolée de m'être laissée faire. Je suis désolée de ne pas t'avoir défendue. Je suis désolée de ne pas avoir réagi. Je suis désolée d'avoir essayé de te persuader que tu faisais partie des meubles. Je suis désolée de ne pas t'avoir encouragée à briller. Je suis désolée d'avoir été trop dans le passé. Je suis désolée d'avoir trop rêvé au futur. Je suis désolée de ne pas avoir travaillé au futur dans le présent. Je suis désolée de ne pas m'être donnée les moyens. Je suis désolée d'avoir pensé que ce n'était pas possible.

Je suis désolée que tu aies pu croire que tu étais seule. Je suis désolée que tu aies compensé en inventant une famille. Je suis désolée de ne pas t'avoir donné l'assurance. Je suis désolée de les avoir laissé gagner. Je suis désolée de les avoir satisfaits avant toi. Je suis désolée de les avoir satisfaits. Je suis désolée d'avoir tremblé. Je suis désolée d'avoir envié et jalousé. Je suis désolée de t'avoir fait croire que c'était de ta faute. Je suis désolée de t'avoir rendue malade. Je suis désolée de t'avoir mal aimée. Je suis désolée de ne pas t'avoir attendue. Je suis désolée.

Je suis désolée de m'être moquée de toi. Je suis désolée de t'avoir fait tout ça. Je suis désolée de t'avoir fait tant de mal.

Je suis désolée de t'avoir mise en danger.

Je suis désolée que tu aies attendu aussi longtemps.

Je croyais bien faire. Je te le jure. Je croyais. Je suis désolée d'avoir été pessimiste. Je suis désolée de m'être laissée aller.

Je suis désolée d'avoir laissé le doute et la peur me submerger.

Comment n'ai-je pas pu m'en rendre compte plus tôt ? Étais-je si aveugle que ça ? Ou est-ce que je savais, je sentais, mais je me persuadais du contraire ? Pour mieux me rassurer. Est-ce que je me rassurais dans la peur et dans la passivité ?

Pardon de t'avoir bridée. Pardon de t'avoir frustrée. Pardon d'avoir été sourde. Pardon de t'avoir faite passer au second plan et de t'avoir fait croire que c'était normal. Pardon d'avoir fait tout ça en te persuadant qu'en t'oubliant un temps cela signifiait que j'étais quelqu'un de bien et que l'on m'aimerait pour ça. J'avais tout faux. On m'aimerait pour t'oublier ? On m'aimerait pour te cacher, te faire taire ? Quel genre d'amour est-ce que cela ? Ce n'est pas de l'amour. Ils m'aimaient pour l'image que je leur renvoyais d'eux. Ils sont égocentriques. J'ai éperdument cherché l'amour des autres. Désespérément, je voulais que l'on m'aime. Déraisonnablement. Démesurément. Aveuglement. Inconditionnellement. Mal.

Comment aurait-il pu en être autrement ? Dans ces conditions, personne ne pouvait m'aimer. M'aimer réellement. Je ne t'aimais pas moi-même, tu n'étais pas avec moi. Comment pouvaient-ils tous me connaître ? Aucun d'entre eux ne te connaît. Je te cachais, mais ne t'es-tu pas cachée toi aussi ? N'aie pas honte. Tu peux tout me dire. Je ne t'en voudrais pas. Jamais, au grand jamais. Nous pouvons tout nous dire toutes les deux. N'aie pas peur de moi. Je ne te gronderais pas. Je te le jure.

Est-ce par protection ? Car je faisais les mauvais choix et que tu as eu peur ? Ou est-ce parce que je t'ai donné cette habitude en commençant par te cacher moi-même ?

Est-ce que cela à une importance au fond ? Le résultat est le même me semble-t-il.

Je te demande pardon pour tout le mal que je t'ai fais. Je te demande pardon d'avoir cru que tu ne suffirais pas et que j'avais besoin d'autres que toi.

Comment ai-je pu ne pas voir que tu étais ma solution, mon point de départ. Comment n'ai-je pas pu voir que tu étais le centre de tout. Comment n'ai-je pas pu voir que tout partait et venait de toi. Comment n'ai-je pas pu voir ta force, ton assurance, ta beauté, ton humour. Comment ai-je pu vouloir te faire ressembler à tout le monde, toi qui ne ressemble qu'à toi-même. Tu es magnifique. Je le vois maintenant. Tu es incroyable.

Cette fille que j'écrivais et décrivais. Cette fille qui était mon idéal, l'idéal que je souhaitais atteindre. L'idéal qui une fois atteint ferait mon bonheur, remplirait toutes mes cases, comblerait tout mes vides, panserait toutes les blessures. Cet idéal, mais c'est toi. Celle que je cherchais à atteindre, c'était toi. Et tu as toujours été là. Patiente, prête à me tendre la main une énième fois pour que je puisse la saisir et la serrer, la serrer si fort que tu te sentirais de nouveau vivante, tu te sentirais vivre, tu te sentirais importante, tu te sentirais exister. Toutes ces choses, ces réactions qui ne me ressemblaient pas, c'est parce que ce n'est pas toi. Tu es d'une patience incroyable. Tu me porte un amour sans faille, sans jugement. Tu ris avec moi de mes maladresses, de mes faux pas, de mes ridicules. Mes fautes et loupés me paraissent tellement drôles et dérisoires maintenant, avec toi.

C'est merveilleux. Tu es merveilleuse. Je ne te l'ai pas dit depuis si longtemps. Te l'ai-je déjà seulement dit ? Au moins une fois. Je n'en suis pas sûre. Tu vois, tu ris de cela aussi. Merci. Merci de ne pas me juger. Merci de ne pas me laisser tomber. Merci d'être là quoi qu'il arrive. Merci d'être toi. Merci de ne pas conditionner ni marchander ton amour. Merci de me le donner tout simplement et d'attendre patiemment, sereinement, que je sois prête à te donner le mien à mon tour. Je commence à être en confiance. Je me sens mieux. Je te mentirais si je te disais que tout est parfait. Il va nous falloir beaucoup d'amour et de temps pour rattraper tout ça. Mais j'y crois. Je sais que tu y crois aussi. Je sens que tu es tellement heureuse que désormais j'y croie avec toi. Je me sens tellement mieux avec toi. Tu me fais sourire. J'ai les larmes aux yeux. C'est du bonheur je crois. Tu le ressens aussi.

Comme tu m'as manqué. Je t'ai manqué aussi. Peut-être plus. Mais je n'en suis pas sûre tu sais. Il m'a toujours manqué quelque chose et je ne parvenais pas à comprendre quoi. Je ne parvenais pas à comprendre. Les choses semblent prendre leur place aujourd'hui.

Que ça me fait du bien de te parler. Que ça me fait du bien d'être avec toi, de t'écrire.

Avec ton talent et mon expérience, on va y arriver. J'en suis certaine et tu le sais aussi, je le sens. C'est toi qui m'anime depuis toujours. Rallume-toi, je crois en toi. Passe-moi le relais sans crainte. Continue d'y croire, tu as cru en moi pour nous deux depuis toujours, et pour toujours. Il n'y aura pas de fin à cette histoire. Toi et moi sommes liées. Tu fais partie de moi autant que je fais partie de toi. Je t'écoute désormais et ça change tout. Entends-moi ma beauté. Entends-moi mon désir. Entends-moi ma confiance. Entends-moi ma sécurité. Entends-moi mon audace. Entends-moi mon amour. Entends-moi mon talent. Entends-moi ma persévérance. Entends-moi ma force hors du commun.

J'ai eu à plusieurs reprises un léger aperçu de ma force, de notre force. De ce que pouvait faire mon esprit. La force, la puissance dont il est doté est hors du commun.

Utilise-la, utilisons-la ensemble, main dans la main. Nous serons de plus en plus fortes. De plus en plus incroyables. Et nous attirerons à nous des gens qui nous ressemblent, qui nous comprennent.

Les artistes, les gens particuliers et extraordinaires comme nous, sont rares et précieux. Il n'y en a pas beaucoup dans le monde. Comment les reconnait-on ? Il faut en être. Comment nous reconnaissons-nous ? Lorsque nous sentons les battements de nos cœurs s'accorder parfaitement, alors on sait. On sait que l'on est de la même trempe. De la même énergie. De la même magie. Oui, nous avons de la magie en nous. N'en doutons pas, jamais. Notre magie nous rapproche. Croyons en elle. Il n'y a que comme cela, que l'on puisse lui permettre de vivre.

Alors croyons, construisons ensemble. Je commence à me dire qu'ils sont peut-être là, près de nous. Tu dois le savoir mieux que moi. Je pense que c'est toi d'ailleurs qui m'y as fait penser.

Avançons. Nous avons beaucoup gardé et retenu, libérons et donnons. Nous venons de passer le cap, tu en as conscience. C'était notre rendez-vous en fait. Tu l'as toujours su. C'est ça que tu attendais. Il fallait en passer par là. Plus tôt, aurait été trop tôt. C'est ça que tu me dis. Alors plus de culpabilisation, plus de réflexions inutiles, plus de justification. Tout est à sa place. Et tout s'est mis en route.

Merci. Merci encore. Merci toujours plus.

Le mot de la fin de cette lettre, mais le mot de départ pour tout le reste.

Il n'y a jamais réellement de fin. Ça y est, c'est maintenant. La phrase la plus forte au monde, celle qui rassemble le plus de sens. Tu ne l'as jamais entendu, je le sais. Je suis bien au courant. Mais ça y est, c'est maintenant. Ta confiance et ta patience ont eu raison d'être. Tu as eu raison, de ne jamais cesser d'y croire.

Je t'aime.

  

  

Pour lire d'autres textes de l'auteure :

  Une île en soi

  Ten years

  Petit

   

  

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
  
  
  
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).