La messagère - Pierre-Jean Giannesini

Une vaillante messagère brave les saisons, porteuse d’espérance. Une nouvelle de Pierre-Jean Giannesini

  

  

La messagère 

 

            Par miracle (était-ce vraiment un miracle ?), elle avait survécu, malgré les vicissitudes d’un hiver particulièrement agité : pluies, bourrasques et vents s’étaient succédés, apportés par un cortège de dépressions que l’Atlantique avait fait naître dans son lointain cœur boréal. Bien sûr, c’était dans l’ordre des choses que cette agitation atmosphérique, tout autant que le repos que s’accordait son père durant cette période.

             Il avait de la ressource, car tous les ans il renouvelait sa descendance, dispersant en abondance ses centaines de graines dont quelques unes seulement donneraient naissance. Une contribution au cycle de la vie qui existait depuis des millions d’années, à la fois pour pérenniser l’espèce, mais aussi pour agrandir son territoire. Une lutte perpétuelle que toutes engageaient sous peine de disparaître complètement de la surface de la Terre.

            Mais pourquoi avait-elle été épargnée, elle ? Car cette année-là en effet, rien n’était pareil. Son créateur ne l’avait pas abandonnée, comme il aurait dû le faire, et comme il l’avait fait avec les autres. Cela aurait pu sembler être une récompense pour les bons services qu’elle lui avait rendus. En effet, du très haut où elle était née, elle n’avait pas manqué de puiser pour lui l’énergie dont il avait besoin pour grandir, bien qu’il soit déjà bien âgé et que sa taille commençait à être imposante, jusqu’à incommoder ses jeunes descendants. Lesquels d’ailleurs n’attendaient que le moment venu pour prendre sa place.

            Elle s’était pliée au scénario habituel, avec comme dénouement la métamorphose que lui imposait ses gènes, au crépuscule d’une vie accomplie. Elle avait bien organisé cette finale. Lorsque les jours avaient commencé à raccourcir, elle avait revêtu sa parure de saison. Un véritable joyau cette année, car selon les éclairages du soleil, il était balayé par un camaïeu or à faire envie à toutes ses voisines.

            Mais le rideau n’était pas tombé sur ce bouquet final. Il était resté levé pour elle, la laissant seule face à un destin hors du commun. Les autres avaient quitté peu à peu la scène, dans un ballet funèbre et virevoltant marquant la fin de leur existence. « On » ne l’y avait pas invitée, à sa grande déception. Elle avait ressenti cela comme une sanction, car être dérobée à la mort n’était pas dans la logique des choses.

            Elle avait donc dû affronter une saison qu’elle ne connaissait pas. Jamais elle n’aurait pensé à quel point elle en souffrirait. Des bourrasques à être arrachée brutalement, des froids  à rester figée à tout jamais, et cette neige dont le poids risquait de faire rompre ses attaches.

            Fort heureusement, son père nourricier avait bien veillé sur elle. Il devait avoir de bonnes raisons à cela pour avoir ainsi enfreint l’ordonnance de la nature. Bien attachée à lui, sous sa bienveillance, elle avait passé cet hiver avec résignation, et, par chance, sans dommage. Elle voyait arriver maintenant avec appréhension la saison suivante qui l’avait vue naître six mois auparavant, et qui verrait se renouveler ses semblables.

            Que serait-elle finalement parmi elles, sinon une ancienne, flétrie, que l’on aurait forcée à rester accrochée à la vie, et environnée d’une jeunesse verdoyante ayant hâte de s’épanouir au sein d’un maquis en fleur ! Elle avait fait son temps, et eut le privilège de n’avoir jamais perdu sa raison d’exister.

            Que pouvait-elle apporter de plus maintenant, que ce qu’elle avait déjà donné ?

             

***

 

            Ghjacumu finit de rédiger sa lettre. Il ne l’enverra pas, car c’est à lui qu’il écrit. Non pas parce qu’il est l’otage de sa solitude et de sa nostalgie, mais parce que les mots ont parfois le pouvoir d’enrichir ce que les rêves distillent dans les cœurs, quand le jour vole aux nuits la lumière des étoiles, et quand l’homme retrouve son tête-à-tête, face à l’irréversibilité de sa vie.

            Il termine son écrit en se questionnant :

« Y aura-t-il un jour assez de beauté pour regarder au loin, au-delà d’où vient le vent, quand dans son souffle nous parviendra le parfum d’une enfance encore inaccessible, et d’une liberté enfin retrouvée? »

 

***

 

            À ce moment, la feuille, entrée par la fenêtre, tourbillonne et vient se poser subrepticement sur la lettre.  

            Quel voyage ! Commencé ce premier jour du printemps où une tempête l’avait violemment arrachée de sa branche déjà bourgeonnante. Elle avait quitté son arbre centenaire, emportée par un souffle puissant l’élevant haut dans le ciel, loin des regards, au-dessus de la mer, des forêts et des montagnes, des villes et des rivières.

            Un bout de « lointain » intact, ayant échappé aux morsures de l’hiver, préservé par le vieil arbre ayant contrevenu au rythme des saisons. Une feuille de châtaigner constate Ghjacumu, comme étonnamment il n’en existe pas dans ce quartier parisien.

            Une parcelle d’automne égarée dans le temps et les rues abandonnées, venue lui rappeler qu’il est toujours un lieu que l’on ne privera jamais de liberté. 

            Un lieu où l’enfance, comme le printemps, aura toujours sa place.

 

 

Pour lire d'autres textes de l'auteur :

    La Dame de Bonifacio

    Le bracelet bleu

  

   

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
  
  
  
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).