La Mer et l'Homme - Kathy Ferrari

Kathy Ferrari envoie le poème du naufragé… rageur, il défend sa peau.

  

  

La Mer et l'Homme  

   

Glacé, l’homme-fou s’accroche à sa vie

Perditions de fin d’un lourd passé lesté.

Rageuse, l’écume mord, mousse, le pousse

Sans morale, contre la ligne d’horizon rosée.

Vers l’océan volcanique, ivre il dérive

Tel un naufragé. Bruyants assauts marins,

Écueil flottant aux mille pardons, missives, 

Remords tachés, torture, il appelle au loin.

Il se perd dans la vieille mer rugissante

Affolé, fixant une lumineuse anse vierge

Protégée des Dieux de vagues déferlantes

Qui sur lui, homme-fautes le submergent.

Pourtant il persiste, s’agrippe aux lambeaux

Des eaux vertes, à la morsure des vagues

Tels des cheveux filandreux… Nul radeau

Que de l’eau s’enfonçant comme une dague.

Il se bat encore, brave les tempêtes, les vents.

La brûlure du froid sur son cœur noir est vide.

Spectre fantôme revenu des bas-fonds, tyran

Le ressac l’emporte. Nérée cruel, l’enrobe, avide.

Muettement, l’homme demande pardon à tous,

À sa mère, aux âmes brutes des marins, aux siens

Mais sa conscience plus lourde, elle le repousse

Sans scrupule, aux fonds des abysses, plus rien.

Seul, regard exorbité la bouche ouverte, il crache

Déverse tout, sa haine, les défauts de l’humanité

Pour pardonner ses péchés, entrer dans l’arche.

Berceau du monde du silence, il s’avance… Pitié !

  

  

Pour lire d'autres textes de l'auteure : 

    Trois poèmes

    L'Éternel retour

    Coeurs siamois

  

    

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
  
  
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).