Fente de timidité - Jean-Pierre Fleury

Jean-Pierre Fleury, à l’écoute des arbres, propose au lecteur un peu de leur sagesse… à méditer en ces temps de retour sur soi.

  

  

Fente de timidité

Au chêne la force, au frêne la solidité, au châtaignier la vigueur, autant de costauds qui auraient de quoi nous regarder de haut, tant ils ont de raisons de se sentir sûrs d’eux. Pourtant depuis quelques temps, ces géants ont le blues, ils se posent des tas de questions : voilà que des savants, des dendrologues, les affublent d’un complexe étonnant : ils seraient timides…

Les arbres écrivent dans l’air des histoires qui se lisent quand on est allongé dessous. (Le poids du papillon, Erri de Luca).

Trouvez vous donc un prétexte pour vous coucher sur le dos, pourquoi pas dans le foin avec qui vous voudrez pour témoin. Laissez votre regard voyager vers les cimes, vous y verrez mille contours, mille marbrures, un labyrinthe de clartés dessiné par les rayons du soleil parmi la frondaison. Et là vous vous étonnerez en constatant que jamais les houppiers ne se touchent, qu’ils gardent entre eux une certaine distance, un quant-à-soi végétal et de bon aloi créant des sillons de lumière que les dendrologues qualifient depuis peu de fentes de timidité. Timidité, plutôt prudence, respect de l’autre puisqu’il s’agit de s’éloigner pour ne pas se refiler toutes les saloperies (insectes , moisissures et virus) traînant dans les feuilles et les écorces de chacun.

Pour que cordon sanitaire soit efficace, chaque arbre doit de ne pas trop s’approcher de ses voisins et réciproquement… C’est pour cela que ces géants font acte de civisme en domptant leurs égoïsmes, en freinant leurs envies de croissance. Ils savent eux que la distanciation sociale est affaire de survie.

Ne voir là que de la timidité, ne serait que regarder les choses au ras des pâquerettes... C’est Tonton Marcel, confit dans la sagesse d’un confinement respecté, qui se fend d’un peu d’humanité en concluant, sans langue de bois tient-il à préciser, que si les arbres sont capables de le faire...

  

  

Pour lire d'autres textes de l'auteur :

Pangolin

Voltaire et la variole

  

  

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
  
  
  
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).