Florian Galinat - Après la pluie

Pour dire comme Florian Galinat les merveilleux moments et les plus belles images après la pluie, il ne suffit pas de regarder, de puiser dans sa musette emplie de mots et de les jeter sur la page, il y faut l’inspiration du peintre et l’imagination du poète.

  

  

Après la pluie !

 

Le vernis de la pluie se déposait par ondée dans les rues. Les terrasses aux parasols fanés étaient vides, les pavés glissants et les kiosques fermés. Le vent soufflait les arbres à l’encre de Chine sur le buvard du ciel. Toutes les couleurs de la ville avaient coulé à l’intérieur du bar, en porcelaine de linge blanc ou en velours vert feuillage. La luxuriance du parc, gommée par le brouillard, était marbrée de veines boueuses et quelques oiseaux noirs, sans augure, y regrettaient la clémence des cieux.

Dans l’appartement le piano, le journal et quelques dessins retenaient l’éternel combat du blanc et du noir. À ma fenêtre aux carreaux ondulés d’eau je lisais Bobin :

« L’âme. Elle a la luisance et la pesanteur de l’encre. Elle a cette densité noire, plus lumineuse que la lumière du jour. »[1]

Soudain viennent les couleurs, ces notes vibrantes sur le tambour du cœur. Par cet élan thoracique se libèrent de la cage de nuit, le rêve et l’envie.

Ce sera une maison de vacances où le soleil agrume goûtera toute la journée. Au loin le drapé de la mer poussera le vent dans ma chemise de ciel et sur les fines voiles d’un livre d’été. On aura du sable dans l’entrée et des nattes de plage flottantes sur l’herbe. Les retours de marché poseront sur la table les fruits de Nathalie et le poisson du fils de Jacques. Le soir il y aura des lâchés de ballons dans les verres de nos amis, des rires rouges aux lèvres et une cabane d’enfants sous la nappe. On s’endormira les fenêtres ouvertes sur l’eau de la nuit.

[1]BOBIN, Christian, La souveraineté du vide, Paris, Gallimard, c1995, coll. « Folio », chapitre I de l’ouvrage.

  

  

Pour lire d'autres textes de l'auteur

Retour

Les temps oubliés

  

  

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
  
  
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).