Ode au jardin - Jocelyne Normand

Jocelyne Normand dévoile le tableau vivant du jardin, ses fleurs, ses couleurs, ses senteurs, ses oiseaux qui l’animent…

  

  

Ode au jardin

 

 

Le plus beau bouquet est celui qu'on ne cueille pas. Dans le vaste jardin, il s'offre au regard à chaque détour, pour peu que la terre ait enfin réussi à se réchauffer.

 

            Au sud, dans un petit espace ceint d'un mur de vieilles pierres d'un côté et d'une haie de l'autre, le bouquet se décline dans les bleus, avec le romarin côtoyant les myosotis et les iris. Sous la glycine – qui dévoile ses premières fleurs – la lavande n'en est pas encore là, mais ses tiges sont prometteuses. Là, seuls le thym sera rose clair et la sauge rose foncé.

 

            Plein est, c'est une explosion de giroflées, à dominante jaune, même si certaines sont mordorées. Il y a quelques semaines, elles voisinaient avec les jonquilles et les narcisses. Les tulipes – panachées de jaune et de rouge – ont désormais pris le relais.

 

            Les genêts s'épanouissent en haie sous les pommiers dont les fleurs roses et blanches délicates sont annonciatrices de la belle saison.

 

            Plus étranges sont les nombreuses sommités mauves de la monnaie du pape ou lunaire dont les fruits – des disques argentés transparents – confèreront ensuite au jardin son côté suranné, puisque cette plante ne se rencontre plus beaucoup de nos jours.

 

            Les graciles ancolies roses participent au charme de l'endroit, créé, il  y a une quarantaine d'années, par une citadine amoureuse des arbres et des fleurs.

 

            Il aurait fallu parler aussi de la ruine, un bel exemple de biodiversité préservée grâce au  bois de la charpente de la vieille maison qui, en se décomposant a enrichi le sol (à la manière du BRF, le bois raméal fragmenté dont on découvre aujourd'hui les vertus...) et aux ronces n'ayant pas subi (heureusement) l'outrage du désherbant chimique... C'est le royaume de la bourrache, des myosotis, des petits géraniums, des arums sauvages et des mystérieuses aristoloches à feuilles rondes.

 

            L'ensemble baigne dans le parfum subtil des giroflées et celui, plus capiteux de l'oranger blanc du Mexique, en attendant le chèvrefeuille...

 

            À l'entrée du jardin, l'immense camélia rouge crée un tapis de pétales sur le sol. Son vis-à-vis, le camélia rose (où picorent les délicates mésanges), lui, a fleuri sans discontinuer pendant quatre mois, de décembre à avril, bravant l'hiver rigoureux.

 

            Sorte d'oasis japonaise, se reflétant dans le miroir de la chambre, lorsque, chaque matin, j'ouvrais le rideau sur un jour pourtant obstinément gris et froid.

 

            Depuis quelque temps, un pic joue une partition sur les troncs des hauts chênes de la prairie. Le son se propage, très pur, comme si l'oiseau  tapait sur du bambou. J'avais essayé les jumelles mais, impossible de le découvrir. C'est en allant tout au fond, sous les arbres, le nez en l'air que je l'ai vu qui s'envolait. C'est un pivert. J'ai ouvert le bouquin « Oiseaux du monde. Dessins naturalistes XVIIe-XIXe siècles ». Il s'agit d'une aquarelle sur vélin de Jean-Gabriel Prêtre (actif entre 1806 et 1840). Le pic-vert mâle a la tête rouge, la gorge jaune et les ailes verdâtres bordées de blanc.

 

            Nos oiseaux n'ont rien à envier à ceux des contrées lointaines, exotiques... Nos arbres et nos fleurs non plus.

 

            Ambiance orientale pour ce bouquet vivant, sur pied... Ode au jardin, à celui qu'on laisse s'exprimer, que l'on ne contraint pas dans des modes, à celui que l'on écoute respirer... Il nous gratifie au centuple de l'attention méticuleuse et amoureuse qu'on lui porte.

 

 

  

Pour lire un autre texte de Jocelyne Normand : Départ-mirage les yeux ouverts

 

 

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
   
   

                                                                                           

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).