Mariella Francesca Teppa - À Kallisté (À la plus belle)

Mariella Francesca Teppa propose une ode à son île…

  

  

À Kallisté

(À la plus belle)

 

 Terre rude de granit et de schiste,

Sculpture surgie d'un temps immémorial

Où le Mystère a fait que tout existe,

 

Terre de conquêtes aux sombres rivages,

Fière et rebelle à tous les marchands d'âme,

Demeure des aigles et des mouflons sauvages,

 

Terre impériale, abri des oliviers

Argentés et des chênes centenaires,

Où voyagent mazzeri et sorciers,

 

Je t'appartiens toute entière, Kallisté,

Mon cœur gît entre le ciel et la mer,

Là où tout n'est que Silence et Beauté !

 

Terre d'incendies et de fusils chargés,

Rouge incandescence de tes combats,

Où la Liberté guide tes insurgés,

 

Terre où les femmes ont la beauté grave

Des madones, où les hommes ont la parole

D'or, et l'œil noir que le silence grave,

 

Terre où les enfants ressemblent aux anges

Qui peuplent nos églises et nos chapelles,

Et d'où s'envolent des voix sans mélanges,

 

Je t'appartiens toute entière, Kallisté,

Mon cœur gît entre le ciel et la mer,

Là où tout n'est que Musique et Pureté !

 

Terre de mes ancêtres, et puis des tiens,

Qui ont écrit l'Histoire avec leur sang,

Monde Moderne enfanté par l'Ancien,

 

Terre de nouveaux ennemis assiégée,

Victime remplie de virus tueurs,

Laissant notre ascendance ravagée,

 

Terre qui, des défis et du courage,

Connaît toutes les larmes et les sueurs,

Mer de Minuit au sombre présage,

 

Terre qui, intrépide, n'abandonnera

Jamais sa prérogative suprême,

Aux pirates, « Covid » ou  « Choléra »,

 

Terre résistante et généreuse,

Qui soigne, qui guérit le front blême,

De ceux qui espèrent une ère heureuse,

 

Je t'appartiens toute entière Kallisté,

Mon cœur gît entre ton ciel et ma prière,

Là où tout n'est qu’Amour et Humanité !

 

Terre aux atours mystérieux, dont je rêve,

Et rêverai encore, lorsque la Mort

M'enlèvera, alors que jà, s'achève,

 

Ô Terre ! Ces longs voyages éblouissants

De ma vie et de ses folles rondes,

Entre bruyères et myrtes ravissants,

 

Je t'appartiendrai encore toute entière,

Ô Kallisté ! Mon âme posée

Sous ta blonde immortelle des bords de mer,

 

 

Là où tout ne sera qu'Éternité !

 

 

                                                                                                               Le 16 avril 2020,  en contemplant les rivages du Valincu.

  

Pour lire un autre texte de l'auteur :  J'habite un pays...

      

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
  
  
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).