Pierre Lieutaud - Tu dors

  

Poésie nocturne pour temps couvert et avenir incertain... de Pierre Lieutaud

 

Tu dors

 

Tu dors, au bord des grands bassins

pendant que sur ton corps 

tournent les ailes bleues et les yeux cannibales

des oiseaux de la nuit,

Tu dors, et du fond des arcades 

où sonnent les matines

j’entends l’eau qui ruisselle

j’entends couler le temps

derrière les auvents, 

les piliers, les gargouilles,

 

Tu dors dans les amours ourlés

de vagues et de dentelles,

de cendres fades et de fleurs d’eau

J’entends les caniveaux chanter les ritournelles

des terres immergées, des eaux ensevelies,

 

Tu dors dans les soleils 

engoncés d’ombres bleues

de nacre et de froidure,

les printemps oubliés, 

les chants des oiseaux morts

dans l’ombre des buissons,

les épines dorée, les algues océanes,

 

Tu dors, les longues tramontanes

passent sur tes cheveux

si  pressées de trouver le lointain horizon

qu’elles ne te voient pas,

 

Tu dors, et dans tes yeux

glissent  les grands oiseaux  

au silence pesant,

 

Tu dors

au creux des vieux nuages

des mers qui se retirent

et  des amours passés 

 

Tu dors, ongles brillants, 

aux éclats acérés des amours passagères

et dans la nuit  là-bas, 

une douce torchère

crépite sur les eaux.

   

 

Avis aux lecteurs

Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?

Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !

Nouveautés
Decameron 2020 - Le livre
Articles les plus consultés
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.