Nicolas Lopes - Elles se trouvaient là…

     

L’amour a deux visages, le leur. Un poème de Nicolas Lopes

 

  

Elles se trouvaient là…

  

Traversant la ville en wagon, 

Dans un bruit constant, 

Où la seule voix est celle d'un enregistrement. 

À l'heure des visages moroses 

Je les regardais. 

 

Au milieu des machines d'une société, 

Elles se trouvaient là. 

Jeune couple,

Jeunesses de la vie. 

 

Au milieu du brouillard des gueules tirées, 

Leurs visages assombris, 

D'une vie de soucis, 

D'une vie sans lendemain,

D'une vie où chaque jour se ressemble. 

 

Elles se trouvaient là. 

 

Ballottées de droite à gauche, 

Dans ce convoi, 

Emmenant les personnes, 

D'une station à l'autre, 

Amenant ces personnes à leurs tortures journalières. 

Où personne ne regarde personne. 

 

Elles se trouvaient là. 

 

D'un mouvement d'arrêt, 

Le métro s'arrête, 

D'un mouvement de foule,

D'un mouvement de fou, 

Les portes grandes ouvertes, 

La foule descend. 

 

Elles se trouvaient là. 

 

L'une d'elles se leva, 

Prit le visage de l'autre

Entre ses doigts d'amour. 

Elles échangèrent un baiser, 

Un baiser d'amour. 

Puis descendirent. 

 

 

20 janvier 2021 

  

 

Avis aux lecteurs

Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?

Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !

Nouveautés
Decameron 2020 - Le livre
Articles les plus consultés
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.