P-M Palazzi-Jupille, G. Ghizzo, S. Laimouni-Olsen et D. Mosconi - Cataclysme nucléaire

  

Un accident nucléaire ? Facile de s’en sortir… quelques pouvoirs particuliers suffiront ! une nouvelle de Pierre-Marie Palazzi-Jupille, Gabriel Ghizzo, Saïd Laimouni-Olsen et Déa Mosconi

 

 

Cataclysme nucléaire

 

Comme tous les samedis, nous sortons entre amis dans la ville de Corte. Pour commencer nous passons par l’e-market «e express» devant la gare. On va pour débuter notre après-midi acheter de quoi manger. Nous prenons notre commande à l’e-borne puis je décide de payer avec le bitcoin qui me reste. On récupère nos pilules nutritives et nos bouteilles d’eau. Ensuite nous réservons nos billets de TCM (Train à Champ Magnétique) pour aller à Ajaccio. On a toujours adoré ce train fin, très vitré car il y a les nouveaux prototypes d’holovision qui servent à imaginer d’autres paysages derrières toutes ces vitres.

Il y a souvent du retard dû au mauvais temps mais ce jour-là il pleut énormément, plus que d’habitude, et j’aperçois des gens s’affoler près de l’usine en face de la gare. Une fumée noire remplace la fumée blanche du réacteur nucléaire. Tout le monde commence à avoir peur et en quelques secondes la gare se vide. Des personnes hurlent, d’autres gémissent dans tous les sens et les gens se piétinent pour tenter de partir loin, les voitures se rentrent dedans, les gens sont terrorisés et nous essayons de comprendre ce qu’il se passe. Tout de suite nous comprenons que l’orage a endommagé le réacteur nucléaire et qu’il est en train d’exploser ! 

Dès que nous le pouvons, Gabriel se dirige vers l’eau d’une acidité insupportable afin de la rejeter sur les flammes. Pendant ce temps Saïd, lui qui est résistant à toutes les énergies extrêmes, court un peu effrayé au cœur de l’usine où se trouve le réacteur et essaie de le réparer comme il le peut, il est pâle à l’idée de ne pas réussir. Les gens se demandent ce qu’ils sont en train de faire. 

Des radiations s’échappent de plus en plus, il faut en finir ! Immédiatement, Déa court mettre à l’abri les personnes et les rassurer grâce à son don, en disant une phrase : « Endormez-vous ». Elle les hypnotise… Pour éviter la propagation des radiations, Pierre-Marie filtre l’air grâce à ses poumons, il se sent tout ballonné. Pendant ce temps, Saïd finit de réparer le réacteur.

Une fois tout ça terminé nous rejoignons Déa afin de réveiller tout le monde pendant que les pompiers arrivent, nous sommes heureux et ému que tout cela se finisse bien. Tout le monde commence à crier nos noms et a nous remercier, nous repartons chez nous, très fier.

  

 

 Corte au temps des hordes

En attendant le second tome du roman d’Anouk Langaney qui arrivera bientôt (Le Temps des hordes – Soupçons), les élèves de troisième du Collège Pasquale Paoli de Corte se sont mis au travail. Ils ont imaginé, chacun de leur côté ou en petits groupes, leur propre suite en répondant à ces questions : « À quoi ressemblera ton lieu de vie en 2036… quelle catastrophe pourrait s’y produire ? Comment t’en sortir (avec le super-pouvoir de ton choix !?). À toi d’écrire ». 

22 nouvelles ont été écrites dans le cadre du projet littéraire Corte au temps des hordes, dont celle-ci, par des élèves de la 3e Jaune.

Avec la complicité de Stéphanie Fede Vincensini et d’Anouk Langaney.

Pour lire les autres textes c’est ICI

 

Nouveautés
Decameron 2020 - Le livre
Articles les plus consultés
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.