Silence - Florian Galinat

C’est le silence nouveau qui inspire Florian Galinat dans ce petit poème en prose.

  

  

SILENCE

 

J’aime le surprendre, à l’aube, dans ces fraîches matinées encore bleutées de nuit. Le silence est la poussière du temps soufflée chaque jour par le vent des couleurs et des chants.

Il se retire dans les cathédrales aux colonnes de bois et sur les lèvres des montagnes, ouvertes sur l’horizon. Il accompagne la fuite du vagabond usé et s’apaise près du métayer fumant sa fin de journée.

Le silence tisse la fibre du papier où coule le son des volutes d’encre. Il soupire sur les partitions, perchoirs des notes prêtes à s’envoler. Il retient les cris d’enfants sur les épreuves des souvenirs et pénètre l’inaudible lumière d’un tableau de Hopper.

Au crépuscule, le silence hurle sa solitude dans le regard du contemplatif. Il verse son écume de nuit sur le paysage à l’œil enflammé puis annonce, sans bruit, le repos d’un monde confiné.

   

    

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
  
  
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).