À toi qui ne me liras pas - Claire Loyon

Une lettre de Claire Loyon, « À toi qui ne me liras pas », pour sceller la rupture… et remercier…

  

  

Ajaccio, le 27 avril 2020

 

 

Cher toi,

 

 

Déjà deux mois, comme le temps file !

Pour répondre à ton dernier message, je vais bien. Mieux que bien. Oui, j'ai retrouvé le sourire et même le rire. J'ai vu renaître en moi les projets,  la confiance et l'amour.

 

Je suis fière de moi, de ma vie, de mon corps, de ce que j'ai, de ce que je construis.

Je suis fière d'être guérie.

 

Je t'ai écrit cent lettres pour te partager ma douleur, ma colère, mon sentiment d'injustice et mon chagrin.

J'ai souffert plus de maux que je n'avais de mots pour t'écrire.

 

Mais cette lettre, je te l'écris pour te dire merci :

 

Merci de m'avoir appris à regarder la plus petite chose autour de moi.

J'entends le chant du monde dans le bruissement des feuilles. Je vois mille joyaux dans l'eau du fleuve qui cascade entre les rochers.

Je vois tant de choses !

 

Merci pour notre intimité, évidente et sans tabou. Tu m'as dit souvent que nos peaux s'étaient reconnues plus qu'elles ne s'étaient connues.

Je garde comme un souvenir précieux nos retrouvailles torrides, la sensualité de nos caresses, nos ébats passionnés.

 

Merci pour les rencontres. Passionnantes, drôles, poétiques. J'y noue de belles amitiés.                                                                                                                                  

Tu as quelques qualités qui attirent vers toi la lumière à laquelle tu aspires.

 

Merci pour tes lettres d'amour, belles, émouvantes, profondes.

Je les ai toutes jetées.

Rassure-toi, elles seront recyclées.

 

Merci d'avoir quitté ma maison pour celle d'une autre, que tu aimes plus encore.

Elle comble toutes tes attentes, exauce tes rêves, te remplit de fierté, fait de toi un homme accompli.

Gageons que tu aimeras sa propriétaire comme tu m'as aimée.

 

Par dessus tout, merci de m'avoir trahie, de m'avoir menti, de nous avoir salis.

 

Je me souviens t'avoir dit que je ne te souhaitais rien.

De tout mon cœur, je te souhaite tout ce que tu mérites. Je fais confiance à la Vie, elle te l'apportera.

 

Merci d'être parti.

 

 

 

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
  
  

 

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).