Yannick Stara - Soliloques rémanents [poèmes]

  

 Introspection, questionnements, quête… la lumière – multicolore – est au bout des mots. Quelques poèmes de Yannick Stara tirés de ses Soliloques rémanents.

   

  

- Instant présent -

 

Me suis-je perdu ?

Comment être sûr de ce que l’on fait ?

C’est parfois si compliqué...

  

Le doute, la peur, le froid

                - La haine -

La joie, l'oubli, le repli, l'euphorie...

Tous ces moments d'où je me retrouve

                               - Seul -

                Noir.

  

Je n’entends rien

Pourtant je vois.

  

Je ne comprends rien

Je limite mes choix.

                - Et puis toi -

                              

  

La douce mélodie d’un appel téléphonique.

                Je n’ai pas le temps

  

Je suis absorbé par ce que je dois faire.

Je disparais dans mon travail

Et deviens un spectre terne

S’accrochant à l’image de ce

                - Qu’il était -

En rêvant à ce

                - Qu’il désire -

  

                               Sacrifice

Ce mot cruel marque-t-il ma condition ?

                C’est possible

Telle est

                - Pour l’instant ? -

La réalité dans laquelle j’évolue.

   

   

- Éternité -

  


Lumières blanches, rouges, beiges

                Noir

  

Une belle femme

                Un vêtement blanc

Une fleur

L’intimité est un concept toujours très

            variable

  

En fonction des gens

                Des endroits

                               Des humeurs

                 

            Une danse

De la colère.

                               Infinie tension

  

                Une fleur

                               - Rouge -

Des sentiments

                - Trop de sentiments ? -

Tout devient confus.

  

                Crescendo

                               - Le temps s’arrête -

Elle est venue...

Éternité ! 

    

    

- Tempus bis -
 

 

Un reflet lumineux sur une dalle sombre.

  

Une voix douce et mélancolique

Vient briser le silence ruisselant

Sur les parois lisses et abruptes

De cette salle immense.

  

                - Rouge -

  

Ils sont plusieurs.

Moi aussi.

  

La capacité d’adaptation

Est ce qui nous définit le mieux.

                - Je n’aime pas ça.

  

Je m’adapte suivant...

                Les personnes

                               Les situations

                L’époque

Mais...

Qui s’adapte à moi ?

                Qui suis-je ?

Que suis-je ?

                - Que sommes-nous ? -

  

Une main se lève

                - Agitation -

J’ai conscience de leur présence.

                Je résiste dans l’ombre.

Pour mieux faire ma lumière...

  

                - Ma...

                               ... Lumière -

  

  

  

-       -
 


Quelle curiosité !

  

Une belle journée

                Une inconnue

                               Un rendez-vous

                - Bleu -

  

Des voix, des notes, des rires...

J’attends. Absent. Comme souvent.

  

Le monde tourne et

                - As-tu le vertige ? -

Ah, tu es de retour...

C’est le grand jour

                - T’ai-je manqué ? -

Je ne sais pas

                - Es-tu heureux ?

                               - Gêné, agacé, ému, rassuré ?

                Rouge

  

Tout recommence aujourd’hui.

  

Elle arrive.

                Je me retire.

                               Un sourire...

  

  

- Simple -

  


J’aime être immobile alors

Que le monde s’agite.

  

Le sentir bouger sous mes pieds,

Absorber ses vibrations,

Les transformer en frissons...

  

            - Blanc -

  

Et offrir aux habitants de mes mondes

Un instant serein...

  

            Une ondulation

  

Qui imprime sur l’éternité

Une caresse délicieuse

Répondant à un sourire

-  Radieux ?-

  

  

- Respire -

  

La vie est un combat

J’ai choisi mon camp.

                Ai-je tort ?

                               - Ai-je raison ?

Je me dirige vers ma défaite

Et je le sais.

  

Souvenez-vous de mes batailles

Comprenez mes idées.

Je ne renonce pas.

                Non

  

J’affûte la lame me permettant

De regarder mon monde en face

                - Puis-je le comprendre ?

Je ne sais pas

                - Puis-je le changer ?

À ma façon

                - Puis-je l’aimer ?

                               ...

  

    

- Edeo bis -
  


J’aimerais te connaître.

                Qui es-tu ?

Je sais ce que tu es.

                Pourquoi le voudrais-tu ?

Le soleil disparaît

                C’est mon heure alors...

On se ressemble

                Je ne le veux pas

As-tu envie ?

                Je sais que tu le feras.

                        Noir -

  

Je n’ai pas peur

                Pourquoi le devrais-tu ?

Tu es là...

                Je garde les yeux ouverts

Alors j’apparais

  

                Un ange

  

Le contre-pied de la vie.

  

Une mélodie...

Plus que quelques notes et

                Tout est fini.

  

Pourquoi ?

                Blanc -

  

Mémoire

                Que suis-je ?

Homme, femme...

                Ça n’a que peu d’importance

  

Il fait froid...

                                 -

   

Ashram | Yannick Stara

Échos de 2005 à 2010

 

 

Avis aux lecteurs

Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?

Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message ! 

 

 

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.