Florian Galinat - EcRire !

  

Florian Galinat fait danser ses mots sur l’air d’une polka sautillante : ils se marient en farandole ou bien jouent à cache-cache entre eux.

  

  

EcRire !

  

Il y a de grands mots comme Politique ou Embargo et d’autres plus petits comme Repas ou Ami. Pour parler avec les grands, il faut parfois prendre de la hauteur à risquer même le vertige pour certains mots qui sont vides.  Les petits, sans se rabaisser, sont bien plus solides et jolis et parlent à plus de Mondes. Je connais cependant des grands mots, bien plus rigolos, comme Microscopiquement et des petits absurdes comme Long qui est plutôt court. Il y a les gros qui ne doivent pas être prononcés à l’exception peut-être de Gargantuesque ou de Joufflu. 

Il est difficile de lire les Mondes car ils sont écrits en plusieurs langues. Chaque langue a ses mots plus ou moins propres qui s’inspirent, ou s’expirent selon la phonétique, des mots des autres. Les mots des uns peuvent même être les maux des autres. 

Et puis chaque mot est un ensemble de dessins : les lettres. Tout le monde dessine à sa manière comme les petits, qui n’ont pas pied, ou les grands papis russes. Certaines lettres sont capitales et d’autres viles. Sans trop caricaturer de beaux dessins entrainent même de mauvais desseins. 

N’oublions pas les accents qui, accrochés aux lettres, nous laissent entendre les mots. Il y a les visibles, graves ou aigus, et les plus discrets comme les toniques. J’en connais même des régionaux qui résistent. Rien de sert de les combattre car un accent tué fera encore plus de bruit. 

Dans ce Monde con fini l’écrit de folie des livres un peu. Si on lie le mot Libre, il disparait. Le mot Dit lui porte malheur au même titre que le mot Sade apporte la tristesse. Le mot Râle même s’il est gueulard reste au beau fixe. Et puis il y a les mots Scions qui reviennent comme des jeunes pousses de l’année. Du pinceau de l’artiste, la vie en Rose, le rêve Bleu… tous ces coups leurrent sur sa feuille un printemps espéré.

Finalement l’écrit semble être le propre de l’Homme. 

  

  

Avis aux lecteurs

Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?

Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr , nous lui transmettrons votre message !

  

  

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.