Christine Juda - Place du marché

 

Les ondes nées d’un regard et de trois mots prononcés durent longtemps : brève rencontre selon Christine Juda

 

 

Place du marché

 

En ce matin du 3 septembre

Je m’étais assise en terrasse,

Sans rien chercher, ni rien attendre,

Seule, face à ce grand espace.

 

Le quartier était animé,

Sur cette place de Bastia,

Les passants allaient et venaient.

Elle, se prénommait Laetizia.

 

J’avais pris le bateau la veille

Pour découvrir l’Île dans l’Île

Et avec elle ses merveilles.

Je voulais juste suivre un fil.

 

Vous étiez là, tout à côté,

Je savourais l’instant présent.

Je n’vous avais pas remarqué

Car ce n’était pas le moment.

 

Parfois, même sans écouter,

L’on entend des conversations.

Laetizia parlait, vous parlait

Et vous posait plein de questions.

 

Alors, vous avez répondu

Sur un ton ferme quoiqu’indulgent.

Et j’ai souri, quand j’ai perçu,

Toute la Corse dans votre accent.

 

Peu après, je me suis levée

Pour suivre mon itinéraire.

Rien ne pouvait m’en détourner

Et ni personne, m’en distraire.

 

Pourtant, quand vous m’avez parlé,

Pour me dire « Au revoir Madame ».

J’en ai été vraiment touchée.

Cela m’a mis du baume à l’âme.

 

Et j’ai poursuivi mon chemin,

Plus de dix jours en solitaire,

Sans plus penser aux lendemains

Et abandonnant tout derrière.

 

Plus tard, j’ai repris le bateau

Pour rejoindre le continent.

Je suis repartie le cœur gros.

J’ai retrouvé ma vie d’avant.

 

Puis un jour, tout s’est révélé.

Je me suis soudain souvenu

De cette place du marché

Et de vous, étrange inconnu.

 

Pourquoi m’aviez-vous abordée ?

Était-ce de la politesse ?

Ou simplement pour me laisser

Quelque chose, comme une adresse.

 

Car nos regards s’étaient croisés

Quand je vous avais répondu.

Et je ne cesse d’y penser.

J’en suis troublée, un peu émue.

 

Était-ce de la courtoisie ?

Ou bien pour établir un lien ?

Comment le savoir aujourd’hui ?

Maintenant que je suis si loin.

 

Alors, je songe à revenir

En espérant vous retrouver

Dans ce lieu et faire resurgir

Ce moment si particulier.

 

Un prochain dimanche matin

Nous pourrions peut-être, qui sait

Faire converger nos chemins

Et de nouveau nous rencontrer.

 

 

Octobre 2017

 

 

Avis aux lecteurs

Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?

Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !

Nouveautés
Decameron 2020 - Le livre
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.