[ Portraits] Jocelyne Normand - Inventaire de visages

  

L’inventaire de Jocelyne Normand fait plus que le murmurer : les humains et les animaux se ressemblent plus qu’on le dit

  

  

  Inventaire de visages

   

Un chemin de halage, lieu de prédilection pour la promenade de nos chiens.

Outre les hérons cendrés, les cormorans, les martins-pêcheurs aux plumes bleu azur et les loutres d'Europe qui, parfois se prélassent sur les berges de la rivière, l'endroit est à partager avec des humains qui y flânent ou entretiennent leur forme physique.

Et leur visage en dit long.

Celui-ci, tiens ! Le coureur à pied à la peau métisse. Il roule des yeux inquiets et gonfle les joues, sans s'arrêter. On dirait un ragondin ou une loutre en colère d'avoir été dérangés.

Celui-là, grand, dégingandé, échevelé et à la barbe clairsemée, les yeux bleus pétillants, court aussi. Il interrompt soudain ses foulées pour nous parler, volubile. Un setter ?

Ceux-ci, un couple qu'accompagne une chienne labrador. En souriant, le monsieur découvre de grandes et larges dents ; son front est haut et sa crinière semble claquer au vent. Un cormoran qui frôle l'eau ? Accrochée à son bras, le minois de sa compagne est à peine visible. La vision fugace du martin-pêcheur ?

Celui-là, lunettes rectangulaires et cheveux blancs évoque, pour nous, la cataracte dont sont affectés les yeux de son caniche. Ils se ressemblent.

Ceux-ci, encore un couple de promeneurs à pied, sans chien cette fois. La dame, rousse sous son bonnet, petit museau rieur (un écureuil ?) fait des photos. Flegmatique, le monsieur mince et brun pose un regard bienveillant sur nos chiens et s'éloigne, les mains dans les poches.

Ces deux-là, les pêcheurs dans la barque, n'étaient pas là à l'aller ? L'un d'eux tourne vers nous son visage rond, lisse et poupon – malgré son âge – sous son béret.

Hier, ils étaient debout, de dos, sur leur bateau, au milieu de la rivière, où leurs silhouettes sans visage se découpaient dans le contre-jour, tels des hérons au repos. Ce qui ne laissait pas d'intriguer notre jeune chienne, en arrêt devant ce spectacle quelque peu « japonisant » et pour elle, insolite...

 

Avis aux lecteurs

Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?

Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr , nous lui transmettrons votre message !

Nouveautés
Decameron 2020 - Le livre
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.