Poèmes - Martin Dinkov

Sombres et lumineux à la fois, Martin Dinkov, bulgare confiné à Paris, offre en partage trois subtiles poèmes…

  

Malgré le froid dehors

Tu sais que quand un oiseau chante
ce n’est pas toujours un bon signe ? 

Tu sais qu’un carrefour finit
toujours par un cul-de-sac ? 

Tu sais que quand une voiture freine
ça ne veut pas dire qu’elle va s’arrêter ? 

Tu sais qu’un train en route
ne veut pas dire que personne ne se jettera sur les rails ? 

Tu sais qu’un berceau vide
ne veut pas toujours dire que le bébé n’y est plus ? 

Tu sais que la vie
commence là où elle s’arrête ?   

Tu sais que la mort
n’est pas autre chose qu’un passage ? 

Tu sais que tout ça n’est pas grave, ce n’est rien ?

Tu sais que…

…un jour il n’y aura ni moi ni toi ni personne.
Juste la sensation frileuse
que la terre tourne toujours.
et que nos vies sont des pirouettes
déchues. 

 Alors je dis. Vive la vie.
Malgré le froid dehors.

   

   

Mesdames et Messieurs

 

Bon d’accord,

                       je vous en prie,

                                               je vous promets.

 

Je vais arrêter de dormir.

Je vais arrêter de me réveiller.

Je vais arrêter de marcher.

Je vais arrêter de m’envoler aussi.

 

Et puis mesdames et messieurs je vous promets…

 

Je vais arrêter de manger.

Je vais arrêter de boire.

Je vais arrêter de pisser.

Je vais arrêter de chier aussi.

 

Je vous promets mesdames et messieurs…

 

Je vais arrêter de sourire.

Je vais arrêter de pleurer.

Je vais arrêter de penser.

Je vais arrêter de réfléchir aussi.

 

Et puis mesdames et messieurs je vous promets…

 

Je vais arrêter de me branler.

Je vais arrêter de baiser.

Je vais arrêter de regarder.

Je vais arrêter de voir aussi.

Je vous promets mesdames et messieurs…

 

Je vais arrêter de voyager.

Je vais arrêter de lire.

Je vais arrêter le cinéma.

Je vais arrêter la drogue aussi.

 

Et puis mesdames et messieurs je vous promets…

 

Je vais arrêter de rêver.

Je vais arrêter de sortir.

Je vais arrêter d’écrire.

Je vais arrêter de m’enfermer aussi.

 

 

Je vous promets mesdames et messieurs …

 

Je vais arrêter d’aimer.

Je vais arrêter d’haïr.

Je vais arrêter d’entendre.

Je vais arrêter d’écouter aussi.

 

Et puis mesdames et messieurs je vous promets…

 

Je vais arrêter tout.

Je vais arrêter la vie.

Je vais arrêter la mort.

Je vais arrêter le temps aussi.

 

 

Je vous promets mesdames et messieurs que

            je vais arrêter

                                   le sang de circuler

                                                          dans mes veines.

 

Je vous le promets mesdames et messieurs.

Mais je vous demande juste une seule chose.

De me laisser une chose.

Une seule chose.

   

De me laisser…Ma liberté.

….

 

Et puis

je vous embrasserai.

                 

   

Enfer 

Il n’y a pas de peur qui puisse me faire taire.
Il n’y a pas de terreur qui puisse me faire arrêter.
Il n’y a pas de cauchemar qui puisse me
faire oublier.
Il n’y a pas. Il y a juste la vie. 

Mais les anges sont partis.
On devra vivre seuls. 

     

     

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !

                      

   

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).