Confinement : La Nuit - Nicole Santarelli

Nicole Santarelli scrute la nuit, silencieuse, profonde, gardienne des secrets de l’humanité confinée.

  

  

                       Confinement : La Nuit

 

 

Un oiseau, dans le ciel si haut, plane.

Un bateau glisse sur l’eau calme.

Dans le parc, les arbres somnolent,

Les fleurs ont fermé leurs corolles.

Le silence enveloppe la ville d’ouate.

 

Tout est calme et tout dort.

 

Qui pleure derrière les volets clos ?

Qui souffre sur son lit de fer ?

Le cri du goéland monte dans le soir.

Un avion tourne dans la nuit noire.

Le vent balaie nos espoirs.

 

Tout est calme et tout meurt.

 

Les blouses blanches, à l’hôpital,

Veillent sur les corps meurtris, sur les âmes.

Tapi dans l’ombre, l’ennemi frappe.

Le vent rugit dans les vagues,

La mer bat l’écume de ses flancs.

 

À l’aurore, une vie s’éteint.

Un voile cache le soleil levant.

Une luciole palpite et meurt,

Une âme s’envole à l’orient.

 

Tout est sable et lumière.

  

  

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
  
  
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).