Pierre Lieutaud - Francis Beretti - La Sérénissime

  

Dans la cité lacustre l’histoire suinte de toutes parts. Une évocation poétique de Pierre Lieutaud. Traduction corse à la suite par Francis Beretti.

  

  

La Sérénissime

  

Canaux où le vent souffle

la poussière du temps

éboulée des façades,

gondoles acérées flottant dans l'air du soir, 

parfum de moisissure,

ruelles au lit de vase, 

ponts accrochés aux berges

arrimant pour toujours

à la ville hautaine

demeures et vieux palais, 

fiers vaisseaux de haut bord 

qui rêvent de voguer

vers une mer lointaine, 

vagues adriatiques

mourant tout doucement 

sur les portes immergées

des châteaux de jadis,

labyrinthes de pieux 

qui semblent sucres d’orge 

plantés dans l’eau qui dort,

mousses gorgées de sel

traçant sur les façades 

des vieux murs engloutis 

le liserai sans fin

du niveau de la mer,

ailes de lions 

bruissant dans l’air du soir… 

Venise, sans un bruit

 ferme ses yeux de pierre, 

 se drape dans la mer

où dorment pour toujours

les tiares alourdies 

de pierreries précieuses

des doges hiératiques disparus à jamais.

Au loin, sur la lagune, 

corseté de dallages,

piqué de cyprès bleus

veille le diamant noir 

de l’île cimetière

 

 

A Serenissima

  

Canali induve tira ventu è

Suffia a polvera di u tempu

Falata da e facciate,

Gondole pinzute chì flottanu nell’aria di sera,

Puzze di muffa,

Carrughji di fanga,

Ponti appiccicati à e ripe

Attacchendu per sempre 

À l’alterosa cità

Casali è palazzi,

Fieri vascelli d’altu mare

Chì sunnieghjenu di navigà

Ver d’un mare luntanu,

Onde adriatiche

Chì si ne morenu pianu pianu

In i purtoni infangati

Di i palazzi di tempi andati,

Laberinti di pali

Chì parenu zuccheru d’orzu

Ficcati nell’acqua chì dorme,

Murzu impregnatu di sale

Tracciandu sopra e facciate

Di i vechji muri sprufundati

U bordu infinitu 

Di u livellu di u mare,

Ale di leoni… un frullu in serata…

Venezia, pian pianinu

Chjode i so ochji di petra

Si fascia in u mare

Induve dormenu in sempiternu

E tiare pesanti

Di petre preziose

Di i dogi maestosi smarriti.

Quallà, sopr’à a laguna,

In un cursettu di pavimenti,

Costellatu di cipressi turchini

Veghja u diamante neru

Di l’isula cimitèriu.

  

  

Avis aux lecteurs

Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?

Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !

  

Nouveautés
Decameron 2020 - Le livre
Articles les plus consultés
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.