Des nouvelles d'Homo Bérenger - Elisabeta Petrescu

  

Un hommage poétique à Rhinocéros de Eugène Ionesco, par Elisabeta Petrescu. Traduction en français à la suite (par Carmela Mantegna)

 

Des nouvelles d'Homo Bérenger

La foule

de mains en l'air avance

bombées d'un soi-disant savoir 

en acclamant la lune

réglées en arrière

dans le reflet pâle,

sale brèche d’intarissable tasse 

qui s'agglutine.

C'est la dernière épidémie sociale

de révérence chorale

et de pensée,

moelle écrabouillée du siège… de quelles idées?

La conscience, du citron a le goût.

Les nouvelles touffes l'univers défoncent

une mayonnaise géante

et absolue.

Je me sens une crème moulée et démoulée

inepte 

déjà paré pour

les convier à un vide tourbillon de Club Village.

Épiciers ménagères et pompiers

politiciens barbants anarchistes ennuyés

professeurs et chauffeurs plombiers

chiens et chats et d’autres déserteurs

du seul mystère qui invite

à la maturation et à la résistance

absorbés par l’orbite d’un satellite terrestre 

ils sont là à attendre

un tour histrionique.

La nuit étend une mousseline d'étoiles

du papier au vent et d'un soupir mystique.

Sanguinolente la pointe d’une flèche sort.

Le sacrifice est accompli!

Les souris humaines sont exaltées

au bruit sourd et glacé d'un malheureux félin.

La corne appelle la corne

le rumen est fidèle

émiette l’esprit sacré du boueux sabot

d'êtres filoutés par un autre grand troupeau

qui péniblement mugit :

- Allons dialoguer… !

- C'est tout en vain!

Il vaut mieux chatouiller

un chef de file à la kératine

au regard terne, les membres colonnaires 

et le tronc étendu

le dos sellé en dentelle débauchée

qui trie ses écailles

à d'autres illustres pairs.

Caché du vague halo

d’extra - vagante foi

des sentiments trop clairs et anguleux 

jamais,

Homo Bérenger persiste

à s’opposer

à d’autres futures proies

d’êtres endurcis au corps calleux.

Tordue pour les impies 

la lune soulage légère

une sublime pureté

au cavet de la forteresse

pour les sagaces candides

pas encore entachés 

de rhinocérontite. 

 

Extrait de Ionescamente. Io ne esco come ?, Roma, Edizioni Ensemble, 2019, pp. 39-41.

Traduction : Carmela Mantegna

  

 

 Notizia di Homo Bérenger

 

Sale esercito 

di mani in alto 

tumide di un saper presunto

acclamano la luna

ferme arretrate 

nel livido riflesso,

sporca crepa di incessante tazza 

che raggruma. 

È l’ultima epidemia sociale 

di saluto corale 

e di pensiero,

midollo spappolato delle idee.

Coscienza ha sapore di limone.

I nuovi ciuffi sbatton l’universo 

gigante assoluta 

maionese.

Mi sento un po’ sformato 

inetto

già pronto a 

convocarli ad una vuota ridda di Paese.

Droghieri casalinghe e pompieri

politici noiosi anarchici annoiati 

idraulici autisti professori  

cani e gatti e altri disertori

dell’unico mistero che invita 

alla stagionatura e alla resistenza

assorti dal satellite terrestre

sono in attesa 

di istrionica sortita.

La notte allarga mussola di astri

carta al vento di un mistico sospiro.

Spunta un corno di freccia insanguinata.

Il sacrificio è fatto! 

Umani ratti esaltano

al tonfo gelato di un misero felino. 

E corno chiama corno

il rumine è fedele 

sbrindella spirto sacro con zoccolo melmoso

di esseri stornati da altro grande stormo

che gridan doloroso:

- Dialogo…ooo! 

- Non giova! 

Meglio è abbracciare

un dirigente alla cheratina 

con smorta vista, tronco esteso ed arti colonnari

con dorso insellato da debosciata trina

che smista le sue squame 

ad altri illustri pari.

Nascosto dall’alone 

d’extra vagante fede 

da sentimenti tersi e spigolosi

mai, 

l’Homo Bérenger persiste 

osteggiando 

altre future prede

di esseri callosi. 

Sghembata per gli empi 

la luna sgrava mite

altissima purezza

in cembra alla fortezza 

per candidi sagaci

ancor non contagiati 

da rinocerontite.

  

 

Extrait de Ionescamente. Io ne esco come ?, Roma, Edizioni Ensemble, 2019, pp. 39-41.

 

 

 Avis aux lecteurs

Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?

Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message ! 

Nouveautés
Decameron 2020 - Le livre
Articles les plus consultés
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.