Pierre Lieutaud - Francis Beretti - La Relève des Gouverneurs / Cambianu i Guvernatori

     

L’évocation des mystères de l’histoire rallument le souvenir des rêveries aventureuses de l’enfance inoubliée. Une pépite poétique de Pierre Lieutaud traduction en corse, à la suite, par Francis Beretti.

      

             

La Relève des Gouverneurs / Cambianu i Guvernatori

  

Les gens venaient de toutes parts, des vallées lointaines, des contreforts de la montagne, des hameaux que les bergers n'habitent que l'été, des grands immeubles autour du cimetière, des terres plates et lointaines grillées par soleil où hurlaient les cigales, aussi basses que la mer et aussi longues que mille jours... Depuis le matin des colonnes de poussière blanche montaient dans le ciel des terres du sud, le long des routes, aux carrefours et le bruit de la foule couvrait les murmures de la mer et du vent. Sur la grand Place, les musiciens faisaient ronfler leurs violoncelles au milieu de la foule, la procession des chevaliers du temps jadis, des acrobates, jongleurs, porte-drapeaux et équilibristes, suivait une chaise à porteur débarquée d’un voilier venu du large où un inconnu, revêtu des habits du gouverneur des temps anciens, avachi sur des coussins brodés aux armes de la vieille ville, se balançait lentement. Les dames de sa cour, aux robes de velours et aux voilettes d'or, cherchaient une contenance royale en écartant de leur passage les curieux et les enfants. 

Joseph s’assit sur un fauteuil d'osier à la terrasse d'un café et commanda une menthe à l'eau. La fraîcheur du breuvage alluma dans ses yeux les lumières du temps où il était enfant. Une bogue de châtaigne aux épines scintillantes tinta, lisse, transparente, bleutée. Il la vit tomber et éclater en débris de lumière sur la terre de sa vallée lointaine, où coulaient des ruisseaux…

Le rêve qu'il faisait était toujours le même. Des navires s'approchent au bout de la terre. Leurs étraves de bois, poissées par le temps, les algues et les flots, se posent sur le sable et cognent doucement. Les drisses de chanvre tressées pendent le long des mats. Les marins, les hommes, les femmes, les enfants dorment. D'où viennent-ils et quelle est leur route ? La brume du matin sort de l’ombre des dunes et des pinèdes, la nuit s'en va. Ils ouvrent les yeux, se dressent, regardent le rivage, ils descendent sur le sable, et ils dansent. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Je ne connais ni ces gens ni leurs danses. Ils dansent, mais pourquoi ? Vont-ils rester ? S’installer sur ma terre ? Si je les suis, si je les écoute, ils me diront de faire ce que je ne veux pas. Et je le ferais, car ils sont nombreux, leurs filles sont belles et n'ont pas peur du soleil et du vent. Pourquoi changer la vie de toujours ? Je dois pourtant les regarder, détailler leurs gestes, plonger mes yeux dans leurs regards, je dois comprendre qui ils sont et pourquoi ils sont là... Le monde d’ailleurs arrive à pas de loup pendant que nous chantons le passé... 

Là-haut, sur le chemin de ronde de la citadelle, le vent fait danser la robe noire d’une pleureuse. Elle regarde la mer et sa voix s’élève dans la nuit : 

« Perdus dans nos rêves envolés, dorment depuis toujours les Maures bariolés et leurs navires clairs. Dans l’éclat du matin, je vois briller au loin les piques et les sabres, les boucliers ronds et les chaînes sans fin. J'entends encore là-bas les plaintes et les cris qui montent dans la nuit des longues caravanes de mes fils emmenés au cœur des sultanats...»

              

  

Cambianu i Guvernatori

   

Da ogni locu venivanu a ghjente, da e valli luntane, dai i paisoli induve i pastori ci stanu solu per muntagnà, da tamanti casali vicinu à u cimiteriu, da e pianure arrustite da u sole, basse quante u mare e longhe longhe, induve stridanu e cigale. Dapoi a matina culonne di polvera bianca cullavanu in celu pumuntincu, longu i stradoni, in crucivia, è u frombu di a folla cuprìa u chjuchjulime di u mare è di u ventu. In a piazza maiò, i musicanti facìanu rimbumbà i so viuluncelli à mezz’à u populu, a prucessiò di i cavalieri di tempi fà, acrobati, saltimbanchi, portabandiere è equilibristi, seguitati da una purtandina sbarcata da un veliere spuntatu dall’orizzonte in duve un omu scunusciutu chì purtava vestiti di u guvernatore di i tempi andati, sdraiatu annant’à cuscini ricamati all’arme di Terra Vechja, cincinava pianamente. E signore di a so corte, incù i sovestiti di vellutu è e sovelette d’oru, cercavanu a dàssi una manera reale, alluntanendu i curiosi è i zitelli.

Ghjisè si messe à pusà sopra un futtogliu di canna à a terrazza di una cantina, è urdinò una menta all’acqua. A bivenda fresca accese in u so sguardu e luce di u tempu di a so zitellina. Un ricciu di castagnu cu i so spinzoni luccichenti tintinnulò, lisciu, tralucente, azzurru. Cascò sturicciu è schjattò in pezzi di luce sopra a terra di a so valle luntana induve currivanu i fiumicelli.

U sognu ch’ellu facia era sempre listessu. Batelli s’avvicinanu di a terra, è sopru e prue di legnu impiastrate da u tempu, l’alghe è l’onda si calanu sopra a rena è pichjanu pianu pianu. E drizze di canapéa intricciate pendenu da i masti. I marinari, l’omi, e donne, i zitelli dormenu. Ma da induve veneranu, quale serà a so strada ? A nebbia di a matina spunta da l’ombre di e dune è di e pinete, a notte si ne va. Aprenu l’ochji, s’arrizzanu, guardanu u bor’di mare, falanu sopra a rena, è ballanu. Ma quale sarannu ? Ma cosa vuleranu ? Ùn li cunnoscu manc’appena, sta ghjente, è mancu i so balli. Ballanu, ma perchè ? Averanu da stà ? À campà in terra meia ? Se i seguitu, se stò à sènteli, mi diceranu di fà ciòche ùn vogliu micca fà. È u ferò, perchè sò numerosi, e so zitelle sò belle è ùn hannu micca paura di u sole è di u ventu. Perchè averaghju da cambià a movita di sempre ? È intantu devu guardàlli, esse attentu à i so gesti, ciuttà u mo sguardu in u so sguardu, devu capì quale sò è perchè sò quì… U mondu d’altrò s’affacca all’agguattu mentre chì noi cantemu u passatu…

Quassù, in u cammin’ di ronda di a citadella, u ventu face ballà u vestitu neru di una vuceratrice. Guarda u mare è si sente a so voce chì  si pesa in a notte :

« Persi in i nostri sogni smarriti, dimenticati da poi u tempu dormenu i Mori sanguinàrii è i so batelli chjari. In u splendore di a matina, vegu all’orizzonte picche è sciabule, scudi tondi è catene infinite chì luccicheghjenu. Anch’avà sentu venuti da quallà i lamenti è i mughji di e longhe caravane di i mo figlioli ch’elli strascinanu à mezzu à i sultanati… ». 

   

  

Avis aux lecteurs

Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?

Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr , nous lui transmettrons votre message !

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.