L. Voisin, S. Leonardini, L. Bultey-Arnol et C. Filippi - La pluie de satellites

 

Faudra-t-il, comme les Gaulois, avoir peur que le ciel ne nous tombe sur la tête… ? Ce n’est plus si absurde… Une nouvelle de Lucien Voisin, Saveria Leonardini, Laura Bultey-Arnol et Chloé Filippi

 

La pluie de satellites

Depuis 2021 la ville et plus particulièrement le collège de Corte ont énormément évolué suite aux avancées technologiques. De grands buildings parsèment le cours Paoli, la bibliothèque universitaire est rénovée et les tablettes remplacent les livres stockés au sous-sol, le parking Tuffeli a été remplacé par une immense arène de jeu, la citadelle est sans doute restée la seule à ne pas avoir été détruite, symbole de mémoire...

Le collège n’est plus le même, les vidéos-projecteurs ont été remplacés par des afficheurs holographiques, les fenêtres s’ouvrent au toucher, les tableaux ne sont plus que d’immenses ordinateurs. Une nouvelle salle de sport remplace le vieux préau. On peut y faire toute sortes d’activités en passant du ping-pong au saut en parachute, tout cela grâce aux masques et aux combinaisons virtuelles. Une immense chute d’eau de quinze mètres perce la cloche en verre située au centre de l’établissement. Une grande tour vient d’être construite au nord du collège.

Tous les collégiens viennent à vélo électrique, alimentés par l’énergie solaire ou en trotti-moteur. Les plus riches, quant à eux, arrivent dans de superbes voitures semi-volantes. Dans Corte, une multitude d’écrans publicitaires dernier cri diffusent de la publicité en continu.

D’ailleurs, ce matin, en se dirigeant vers le collège, Chloé regarde un programme sur le nouveau satellite « Spoutnik 7 » qui vient d’être lancé en orbite autour de la Terre. Ce sera sans doute le dernier car des millions de satellites artificiels nous tournent autour et il n’y aura bientôt plus de place... Soudain, quelque chose attire son attention : un minuscule pixel se met à clignoter... Un détail presque invisible pour toute personne normale mais depuis qu’elle a cassé ses lunettes, il y a deux semaines, Chloé s’est rendu compte qu’elle a une vue hors du commun.

Saveria, de son côté, est encore sur son téléphone et roule vers le collège.

Mais à un moment son portable s’éteint pendant plusieurs minutes. Arrivée au collège, elle retrouve ses trois amis : Lucien, Laura et Chloé.

- Eh, il m’est arrivé un truc trop bizarre ce matin, dit Saveria.

- Ah ouais, quoi ? demande Lucien.

- Mon téléphone a complètement bugué et j’ai dû m’y reprendre à trois fois pour le rallumer !

- Et alors, c’est pas grave, rétorque Laura.

- Bah si, c’est pas normal avec la 7G, dit Saveria.

- Moi aussi, un pixel de l’écran publicitaire s’est mis à clignoter, rajoute Chloé.

- Mais que ce qu’il vous arrive, ce matin ? Ça y est, c’est la fin du monde ? ironise Lucien.

Saveria les regarde avec une moue réprobatrice «Mouais...»

Au même instant, la cloche se met à sonner et les collégiens se dirigent vers leur cours de S.V.T.

Arrivés en classe, l’hologramme du professeur apparaît et il commence à parler. Mais, au bout de quelques minutes, l’image commence à clignoter et finit par s’arrêter complètement. Les lumières s’éteignent, les écrans sont noirs. Toute la ville semble en pause... Un grand silence résonne...

- Qu’est-ce qui se passe ? chuchote Saveria.

- Ça ressemble à une grosse panne d’électricité, dit Lucien.

Autour d’eux, tous les élèves sont paniqués.

Soudain Chloé se met à trembler et dit, dans une sorte de transe :

- Quelque chose d’énorme tombe, il va très vite, je.., je le ressens… 

Laura elle aussi tombe sur sa chaise, se tient la tête en fermant les yeux et murmure :

- J’entends un bruit, une sorte de voix qui répète qu’il y a un problème, un gros problème…

Soudain une énorme masse noire s’abat sur le collège.

Après quelques minutes, Lucien sort de sous une tôle où il est écrit : Spoutnik 7. Il se met à chercher ses amis et aperçoit Saveria qui a eu le réflexe de se jeter sous une table. Elle dit à Lucien :

- Qu’est-ce qui s’est passé ?!

- Je ne sais pas, répond Lucien, encore sous le choc.

- Et les autres ?

- Je... je ne sais pas… 

Lucien et Saveria commencent à chercher leurs amis :

- Chloé ? Laura ?

- On est là, répondent Laura et Chloé d’une voix étouffée.

Saveria se rend compte qu’elles sont sous une poutre métallique d’une centaine de kilos et qu’elles ne pourront pas sortir.

- Lucien ! Aide-moi ! Il faut les sortir de là ! hurle Saveria.

À peine a-t-il empoigné la poutrelle que Lucien la soulève comme si de rien n’était. Saveria s’écrie :

- Mais comment tu fais ?

- Bah, c’est si léger tout à coup… explique Lucien, la poutre au-dessus de sa tête.

Une fois Laura et Chloé sorties de cette prison métallique, Saveria dit :

- Je crois que j’ai compris, la panne d’électricité a éteint toute la ville.

- Et a provoqué la chute des millions de satellites qui étaient en orbite autour de la Terre. Là, en ce moment, on est sous le satellite Spoutnik 7, termine Lucien.

- C’est donc ça que j’ai ressenti, la chose qui nous tombait dessus c’était le satellite ? comprend Chloé.

- Et moi, le bruit, c’étaient les systèmes d’alarme ? dit Laura.

- Comment on va sortir ? dit Lucien, on est bloqués !

Ils regardent autour d’eux et se rendent compte que le satellite a bloqué toutes les issues en écrasant le collège comme une vulgaire feuille de papier… 

Soudain, Chloé s’écrie :

- Eh, je sais comment sortir du collège ! Près du point de chute de la cascade, il y a un tuyau qui l’alimente en eau en puisant directement dans la Restonica. Je pense qu’on peut sortir par là… 

- Bonne idée, dit Laura.

Après de nombreux efforts, ils finissent par arriver en haut de la cascade après avoir escaladé un morceau de l’énorme satellite. Mais, une fois arrivés près de la sortie d’eau, Saveria se rend compte de deux choses : la première, c’est que l’entrée est fermée par une grille en fer, et la deuxième c’est que le tuyau est plein d’eau et qu’ils ne pourront jamais marcher dedans...

- Ça y est, on est perdus... dit Laura.

- Non, il suffit de fermer l’eau, c’est tout, explique Saveria.

- Et parce que tu sais où est la vanne de fermeture de l’eau ? dit Chloé.

Saveria baisse les yeux et répond que non… 

- Bon, écoutez, on va essayer de monter en haut de la tour pour voir les dégâts qu’a subie Corte, OK ? Parce que là on ne voit strictement rien et ça sert à rien de s’obstiner, on ne respire pas sous l’eau, propose Lucien.

Au fur et à mesure qu’ils se dirigent vers la tour Nord, les quatre collégiens croisent différents groupes d’adolescents ayant survécu à la catastrophe. Certains sont blessés, d’autres terrorisés où pleurent en appelant leurs mères. La plupart voudraient bien les accompagner mais ils sont souvent gravement touchés par la pluie de satellites qui n’aura finalement duré que quelques minutes.

Une fois en haut de la tour, Laura, Lucien, Chloé et Saveria subissent un choc : Corte est dévastée. Des flammes de plusieurs mètres brûlent les appartements, des gens pleurent, crient. D’autres sont morts. Les arbres sont noirs, dénudés de feuilles. Les bâtiments s’écroulent et tombent en ruine pour la plupart, des centaines de morceaux de satellites jonchent le sol poussiéreux.

L’air est irrespirable… 

Chloé verse les premières larmes et murmure :

- Où sont mes parents ? Mes frères et sœurs ?

Saveria serre Chloé entre ses bras et tente de la rassurer. Laura, quant à elle, tend l’oreille et dit :

- J’entends un bruit, un mouvement de rotation comme si quelque chose tournait dans le ciel.

Et là, Chloé aperçoit un hélicoptère qui surgit entre les nuages noirs. Dessus, on devine une croix rouge.

- C’est les secours ! On est sauvés ! crie Lucien.

Dans l’hélicoptère, ils retrouvent certains de leurs camarades de classes qui ont pu être secourus.

En survolant la ville, les quatre amis se demandent :

- Comment allons-nous reconstruire tout cela ?

 

 

Corte au temps des hordes

En attendant le second tome du roman d’Anouk Langaney qui arrivera bientôt (Le Temps des hordes – Soupçons), les élèves de troisième du Collège Pasquale Paoli de Corte se sont mis au travail. Ils ont imaginé, chacun de leur côté ou en petits groupes, leur propre suite en répondant à ces questions : « À quoi ressemblera ton lieu de vie en 2036… quelle catastrophe pourrait s’y produire ? Comment t’en sortir (avec le super-pouvoir de ton choix !?). À toi d’écrire ». 

22 nouvelles ont été écrites dans le cadre du projet littéraire Corte au temps des hordes, dont celle-ci, par des élèves de la 3e Rouge.

Avec la complicité de Stéphanie Fede Vincensini et d’Anouk Langaney.

Pour lire les autres textes c’est ICI

 

Nouveautés
Decameron 2020 - Le livre
Articles les plus consultés
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.