Camille Bighelli - Le vieillard et les grandes maisons

  

Un petit conte, une petite utopie, pourquoi pas lorsqu’il s’agit de rappeler combien il peut être vaniteux de mépriser « plus petit » que soi ? Un envoi de Camille Bighelli, 11 ans.

 

 

Le vieillard et les grandes maisons

 

Il était une fois, dans une ville nomée Naguiza, située au nord de Mollane, en Fournet, sur la planète Lubizuare, un vieillard qui habitait une toute petite maison.

Ce qui était contraire à la tradition, car toutes les habitations de cette ville devaient mesurer au minimum 7 mètres de hauteur. Ce vieillard habitait une maison de 2 mètres de hauteur, donc les Naguizais et les Naguizaises méprisaient cette construction et son habitant.

Jean-Toussaint, car c’était son nom, vivait dans la misère car sa famille était pauvre. Les habitants de Naguiza ne se donnaient même pas la peine de l’aider à cause de son logement. Il faisait donc tout son possible pour être apprécié, en vain. 

Un jour, un flash météo est arrivé en urgence à Naguiza : Dans trois jours à midi pile,  le Domiel, astre qui éclaire la planète Lubizuare, allait descendre et se déchaîner à 3 mètres du sol, détruisant ainsi la partie supérieure des maisons qui dépassait cette hauteur.

Tous les habitants de Naguiza furent épouvantés car leurs maisons allaient être brulées. 

Tous, à l’exception de Jean-Toussaint qui ne craignait rien de cette catastrophe. En effet, son habitation était bien plus basse que les autres.

Comme sa maison était très grande, il proposa, en dépit de la haine qu’exerçaient les Naguizais envers lui, de les abriter chez lui le temps de la catastrophe, car il avait bon cœur. 

Les habitants acceptèrent avec chaleur, soulagement et surtout avec honte d’avoir méprisé si longtemps cet homme qui leur sauvait la vie aujourd’hui. Les Naguizais emmenèrent leurs affaires les plus importantes chez Jean-Toussaint et se mirent à l’abri trois jours plus tard.

Midi arriva en ce 4 octobre 12789. Tous les Naguizais étaient réunis chez Jean-Toussaint. La catastrophe finie, tous les pompiers de Naguiza et des villes aux alentours se mobilisèrent pour éteindre les flammes. Une fois fait, les habitants durent reconstruire leurs maisons.

Jean-Toussaint se joignit de bon cœur à l’ouvrage. Il fut décidé que toutes les maisons seraient construites à 4,50 mètres du sol. Les Naguizais aidèrent également Jean-Toussaint à augmenter la hauteur de sa maison. Le vieil homme fut enfin aimé du peuple de Naguiza, et vécut en paix et en bonne santé jusqu’à sa mort, dix ans plus tard, à 102 ans.

 

 

Un texte t’a plu ? Écris à l’auteur 

Nous lui transmettrons tes remarques et tes encouragements.

Fais-le connaître autour de toi !  Écris une réponse, une suite, illustre-le… et partage à ton tour avec les lecteurs du Néo-Décaméron.

Nouveautés
Decameron 2020 - Le livre
Articles les plus consultés
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.