Trovassimo una parola di scarto - Francesco Macciò

Depuis Gênes, le poète Francesco Macciò envoie trois feuillets lucides inspirés par l’expérience humaine actuelle (traduction française à la suite).

  

  

Trovassimo una parola di scarto

 

 

Trovassimo una parola di scarto                 

che ricomponesse dentro di noi                  

senza illusioni quel tanto che vale,

quel poco che dura la nostra vita.               

Ma non ci sarà un punto di svolta.              

Distruzione e ricostruzione                          

sono voci che recidono legami                    

nell’agenda all’ordine del giorno.

                      

Sai che un recinto non sempre                    

è reclusione e chi basta a se stesso            

non nuoce agli altri e popola deserti.         

La sua pena è che gli altri non sappiano     

costruire la stessa fortezza.                        

 

***

 

 

Centinaia di lumini sui davanzali.               

Si accendono fuochi per purificare              

e incensi per scacciare il male.                   

Ci vorrebbe una dodicesima Aurora            

per placare il mare sconvolto                                 

e le Chere, nere braccia di morte.               

 

Tutto si compone in un’intricata                 

trama di eventi istantanei.                          

Un contagio in perfetto equilibrio.              

Il controcampo preciso nello scatto            

malfermo di un otturatore.                         

 

 

***

 

 

Dicono che presto potremo uscire              

che il sole di aprile                                      

se ci accarezza la pelle                                

rinforza le difese immunitarie.                   

E comunque le misure di                             

precauzione saranno inderogabili.              

Saremo contigui e dissociati                       

come i cassonetti per rifiuti                        

e le reti fognarie, in ogni luogo                   

tutti sempre rin-tracciabili.                         

 

Le parole, come pezzi                                  

di ricambio quando si disunisce                  

ciò che le trattiene, si accumulano             

l’una nell’altra disarticolandosi.                  

Anche i pozzi si sono disseccati                  

e le benedizioni spartiscono l’angoscia      

del cielo e delle stelle.                                

Se ne andrà anche questo male                  

in quiescenza come una rima.                    

Dissolvendosi in noi ogni cosa                     

sarà se stessa e noi in lei                            

mai più come prima.

   

  

Nous avons trouvé une parole déchet

 

Nous avons trouvé une parole déchet

qui recompose en nous,

sans illusion, ce tant que vaut,

ce peu que dure notre vie.

Il n’y aura pas de point de retour.

Destruction et reconstruction

sont les paroles qui coupent les liens

dans l’agenda à l’ordre du jour.

 

Tu sais que la clôture n’est pas toujours

réclusion et que celui qui suffit à lui-même

ne nuit pas aux autres et peuple les déserts.

Sa douleur est que les autres ne sachent pas

construire la même forteresse.

 

***

Des centaines de lumignons sur les rebords.

On allume des feux pour purifier

et de l’encens pour chasser le mal.

Il faudrait une douzième Aurore

pour apaiser la mer bouleversée

et les Parques, bras noirs de la mort.

 

Tout se compose en une complexe

trame d’événements instantanés.

Une infection en parfait équilibre.

Le contre-champ précis du déclic

incertain d’un obturateur.

 

 

***

 

Ils disent que bientôt nous pourrons sortir

que le soleil d’avril

s’il nous caresse la peau

renforce les défenses immunitaires.

Cependant les mesures de

précaution seront indérogeables.

Nous serons contigus et dissociés

comme les bacs à déchets

et les réseaux d’égouts, en tout lieu

tous toujours re-traçables.

 

Les mots, comme des pièces

de rechange quand se défait

ce qui les maintient, s’accumulent

l’un dans l’autre et se désarticulent.

Les puits aussi se sont desséchés

et les bénédictions partagent l’angoisse

du ciel et des étoiles.

Ce mal aussi s’en ira

avec quiétude comme une rime.

Chaque chose se dissolvant en nous

sera elle-même et nous en elle

jamais plus comme avant.

 

(traduction Bernard Biancarelli)

  

  

Avis aux lecteurs
Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?
Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse decameron2020@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !
  
  
  

 

                                  

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).