[ Écrire pour JP Santini ]  Varlam Chalamov (trad. Petracca) - Nantu à a neve

   

Jean-Pierre Santini, l’écrivain-éditeur est emprisonné depuis le 10 octobre sous le régime de la détention « préventive ». Contre l’arbitraire et pour servir de chambre d’écho à l’émotion partagée par de très nombreux auteurs de Corse ou d’ailleurs, Le Nouveau Décaméron ouvre ses colonnes.

  

  

   

Nantu à a neve

   

      

Cumu traccià una strada à traversu a neve vergine ? Un omu marchja dinanzu, sudendu è ghjastimendu, tramuta e so ghjambe cù straziu, s’inciotta sempre in una neve sbrusgiulevule, prufonda. Si ne và luntanu davanti : tufoni neri sparinati indicanu a so strada. Stancu, si stracqua nantu à a neve, s’accende una sigaretta è u fume di u grisgiu si sparghje in un nivulucciu turchinu sopra à a neve bianca luccicante. Hè ripartutu l’omu, ma u nulu unduleghja torna à u locu induv’ellu s’era piantatu : l’aria hè cheta. Si traccianu sempre e strade cù belle ghjurnate per ch’ellu ùn spazzi u ventu, u travagliu umanu. L’omu sceglie da per ellu i so punti di riferimentu in l’immensità nivicosa : un scogliu, un arburone ; move u so corpu nantu à a neve cum’è u timuneru porta u so battellu nantu à u fiume d’un capu à l’altru. 

Nantu à a pista stretta è ingannosa cusì tracciata, avanza un rangu di cinque à sei omi. Ùn ponenu micca u pede in e tracce, ma accantu. Ghjunti à un locu decisu capu nanzu, si ne voltanu è marchjanu torna di manera à calpighjà a neve vergine, custì induv’ellu ùn hà mai postu u pede, l’omu. Hè tracciata a strada. A ghjente, i strascini, i trattori a ponu piglià. S’è no marchjavamu in i passi di u capifila, serebbi un caminu strettu, percettibule, ma ghjustu pratichevule, un chjassu invece d’una strada, tufoni induve avanzerebbimu di più à straziera chè nantu à a neve vergine. Li tocca a faccenda a più penibule à u capifila, è quand’ellu hè acciaccatu, passa tandu davanti unu di i cinque omi di capu. Tutti quelli chì seguitanu a so traccia, sin’à u più chjucu, à u più debule, devenu marchjà nantu à un scornu di neve vergine è micca in e tracce d’un altru. In quant’à i trattori è à i cavalli, ùn sò micca per i scrittori ma per i lettori.

 

Varlam Chalamov, Récits de la Kolyma (Verdier, 2003),  traduction en corse Petracca

  

 

       

    

Avis aux lecteurs

Un texte vous a plu, il a suscité chez vous de la joie, de l'empathie, de l'intérêt, de la curiosité et vous désirez le dire à l'auteur.e ?

Entamez un dialogue : écrivez-lui à notre adresse nouveaudecameron@albiana.fr, nous lui transmettrons votre message !

  

   

      

 

 

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).