Même pas morte !

Même pas morte !

14 x 22 cm - 144 pages

Nera
9782824104188
15,00 €
TTC Livraison sous 1-2 semaines

Un curieux « polar » où l'enquête est menée par une ancienne braqueuse qui perd la tête et devient une mamie vengeresse dans la lignée des Tatie Danielle...

Description

Quatrième de couverture

Ils ne m’auront pas ! Ni moi, ni mon pognon. Qu’est-ce qu’ils croient ?! Je ne suis pas encore morte ! Ce fric, c’est tout ce qui me reste de la grande époque. Et de mon homme. Alors j’ai beau commencer à sucrer les fraises, ce ne sont pas des morveux de cette espèce, sournois et lâches, qui vont plumer Minette Galandeau, même pas en rêve ! D’accord, je bats la campagne, parfois. Ça fait un bail que je m’en rends compte. Mais même diminuée, j’en vaux dix comme eux ! Ils me croient déjà liquide, comme ce crétin de docteur ? Qu’ils viennent. Je les attends. Le premier qui fait un pas de travers, je le bute.


Extrait

Vendredi 9 novembre

Ce con de docteur s’appelle Granger. Granger, Granger, Granger. Affreusement banal, comme sa tête d’ailleurs. Même à vingt ans, ce type me serait sorti de la mémoire en moins de deux.
Oui, mais non.

À vingt ans, même la dernière des buses avec une gueule de rat m’aurait marquée, si elle m’avait sauvé la peau. Comme ce con de docteur Granger. Ça fait deux fois que j’oublie son nom. « Je voudrais voir le docteur… » et rien. Qu’est-ce que j’aurais bien pu ajouter ? « Le joufflu » ? « Celui à lunettes » ? « Celui qui m’a ramassée dans le fossé » ? Et la petite standardiste qui me fixait avec son sourire compatissant de stagiaire-pas-encore-blasée, et que j’avais envie de gifler, tellement j’avais honte. « Celui qui s’occupe des vieilles carnes dans mon genre, vous savez, celles qui perdent la boule », j’ai dit, en la fusillant de l’œil gauche (la cataracte a désarmé le droit). Alors elle a trouvé. « Le docteur Granger ? » Ben oui, lui-même. Et quand je suis entrée dans son cabinet, j’ai tout de suite vu qu’elle m’avait balancée : j’ai eu beau claironner « Bonjour, Docteur Granger ! », ça fleurait la mauvaise arnaque à plein nez, ça sentait la répétition dans l’ascenseur (GRANGER GRANGER GRANGER), ça puait la trouille.

Et s’il n’y avait que Granger. Mais il y a les autres. Les nouveaux voisins, ceux qui ont racheté le pavillon moche et prétentieux qui fait le coin à l’entrée de l’impasse. Là où les Mesniers (ceux-là, je m’en souviens, mais pour combien de temps ?) ont fini leur pauvre vie mesquine de nouveaux presque-riches entre un aigle en plâtre et deux persans bigles, aussi aigris qu’eux, mais plus racés. Et puis la petite aux joues roses qui a repris la crémerie de la place pour en faire une sorte de troquet de gauche, mi-librairie mi-bistrot, et qui vivote en servant trois tranchettes de terrine de soja aux quelques hippies de passage… La pauvre chérie, elle en perdra ses joues, mais c’était prévisible. Comme si les touristes allaient en Périgord pour bouffer du tofu. Bref, tout ça je le sais, je le vois, preuve qu’il doit bien me rester deux-trois neurones, mais pas moyen de me souvenir de son nom, ou de l’année de son arrivée d’ailleurs. Et ça, ça me bouffe.

Et puis il y a le pognon, ces saloperies d’euros que je m’éreinte à convertir, moi qui tenais sans effort les comptes de Maurice et de toute la bande. Je jonglais avec les conversions, les placements offshore, les intérêts. Une comptable-née, comme disait notre ami Jeannot. Eh bien la voilà morte, la comptable-née. Chez moi, au calme, j’y arrive encore à peu près, pour les factures, ces bêtises-là… mais en public, je perds tous mes moyens. C’est la honte, que je ne gère pas. Les regards. Toute cette saloperie de pitié. « Ah non, ma p’tite dame, vous m’avez donné trop, là… »

Ça fait un bail que je le sais, que ça ne tourne plus rond là-haut. Mais je n’y pensais pas. J’ai toujours été forte pour ça, pour ignorer ce qui m’emmerde. Jusqu’au jour où ça n’a plus été possible.


On parle de l'ouvrage

Interview filmée:
https://www.youtube.com/watch?v=GYmxWbBLzZc

Blog québecois "Polar, noir et blanc" :
http://lecturederichard.over-blog.com/2014/09/meme-pas-morte-d-anouk-langaney.html

Chronique d'Yvan :
http://gruznamur.wordpress.com/2014/02/02/meme-pas-morte-anouk-langaney/

Interview
http://gruznamur.wordpress.com/2014/02/12/interview-litteraire-2014-anouk-langaney/

Critique de Blog :
http://jeanne.desaubry.over-blog.com/la-r%C3%A9volte-du-bas-%C3%A0-varices

http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/article-anouk-langaney-meme-pas-morte-120174998.html

http://flicorse.kazeo.com/meme-pas-morte-un-premier-roman-d-anouk-langaney,a3751732.html

http://www.alta-frequenza.com/videos/rencontre_avec_anouk_langaney_63225

http://hervesard.blogspot.fr/2013/07/meme-pas-morte-danouk-langaney.html?m=1

Détails du produit

Parution
Albiana 2013
Format
14 x 22 cm
Nombre de pages
144
Nouveau produit

A propos Nera

Commentaires

Aucun commentaire
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).