• Nouveau
La littérature d’expression corse

La littérature d’expression corse

Entre tradition, politique et modernité

16,5 x 24 cm - 568 pages

Collection :
9782824111032
24,00 €
TTC Livraison sous 1-2 semaines

La littérature d'expression corse ? Une littérature originale, foisonnante, valeureuse et fragile, miroir d’une société en perpétuel mouvement et par là même en quête de sens.

Le présent travail peut être lu (...) comme un manuel d’histoire de la littérature, une initiation à la diversité littéraire ou, plus simplement encore, une invitation au plaisir et à la découverte…

Fermer

Description

  

 

4e de couverture

L’histoire de la littérature de la Corse (« corse », « de Corse » et « sur la Corse ») est intimement liée à la question des langues pratiquées dans l’île – corse, italienne et française – au cours des deux derniers siècles et des rapports entre elles. Elle se décline aussi au rythme de phases et de conflits qui épousent les méandres des rapports sociaux et politiques particuliers à l’île. Tout en manifestant des processus de genèse et de développement singuliers, elle demeure naturellement un objet d’analyse comparable à d’autres littératures.

L’émergence à la fin du XIXe siècle d’une littérature spécifique « d’expression corse », hissant définitivement le dialecte d’hier au rang de langue d’écriture, constitue sans aucun doute le défi le plus neuf et littérairement le plus novateur au sein de ce domaine complexe.

Plusieurs étapes de son développement peuvent être décrites, successivement : u Pre Riacquistu, u Mantenimentu, u Riacquistu, u Novanta, a Divizia. Si les intentions, les inspirations ou les formes divergent volontiers au gré des périodes, l’ensemble de ces moments structurants contribue à révéler plusieurs dizaines d’auteurs, souvent très talentueux, actant non seulement l’existence de cette littérature mais témoignant aussi d’une richesse indéniable.

Cette richesse reste pourtant largement méconnue, pour ne pas dire méprisée dans certains cas, et le destin de la littérature de langue corse demeure incertain, malgré l’énergie consacrée par les auteurs et sa lente « institutionnalisation » (chez les lecteurs, chez les libraires, par les associations, par les prix littéraires, à l’école, auprès des structures publiques, etc.).

Elle n’en mérite pas moins d’être étudiée et comprise pour ce qu’elle est : une littérature originale, foisonnante, valeureuse et fragile, miroir d’une société en perpétuel mouvement et par là même en quête de sens.

Le présent travail peut être lu à ce titre comme un manuel d’histoire de la littérature d’expression corse, une initiation à la diversité littéraire ou, plus simplement encore, une invitation au plaisir et à la découverte…

  

Table des matières

Introduction

Première partie : L’affirmation d’une littérature écrite

1. La littérarisation du dialecte

De la « poesia giocosa » aux « cum(m)ediole » : le choix des genres mineurs

Phase romantique : récupération écrite du patrimoine oral (recueils) et créations « populistes » (« littérature de l’almanach »)

2. L’ouverture du champ littéraire corse : le « Pre Riacquistu » (1896-1945)

Entre politisation et élaboration littéraire

La « littérature des revues »

Au souffle de A Tramuntana

Un « nationalisme » politique, linguistique et littéraire : A Cispra

A Muvra, L’Annu Corsu : du printemps littéraire à l’impasse idéologique

Au coeur du « Pre Riacquistu »

Quelques figures clé : Lucciardi, Maistrale, Carlotti

La « littérature de l’Abandon »

L’éclosion d’un modernisme littéraire

Les poètes d’Italie

L’apparition du roman corse

3. Un conservatisme ethnographique : le « Mantenimentu » (1945-1970 environ)

Face à la « conspiration du silence » : U Muntese

Les prosateurs de l’après-guerre

Un regard distancié : Natale Rocchiccioli

4. Le réveil de l’identité culturelle : le « Riacquistu » (1970-1990 environ)

Du sursaut politique à l’action culturelle multiforme

L’éclosion du nationalisme corse

Renouveau culturel et enseignement

L’achèvement de l’élaboration linguistique

Entre engagement et nécessaire modernisation : le renouveau de la littérature d’expression corse

Rigiru, clé de voûte de la renaissance

Intornu à l’essezza, l’ultime effort de théorisation

La floraison poétique

Le renouveau du théâtre : du militantisme à la recherche créative

Le retour du roman corse

L’essor de la prose courte

Deuxième partie : de la réaction à la création : « l’oghje »

1. Le « novanta », entre confirmation et rupture

La nouvelle comme porte d’entrée au roman ?

L’étoffement de la palette romanesque 

Une nouvelle donne poétique et théâtrale ?

2. Des années deux-mille à nos jours : « a divizia » 

« Prosa à voline più ! »

Le surpassement du « Riacquistu » : l’école littéraire du « Disincantu »

Élargissement et modernisation du corpus de prose courte

Œuvres constituées et nouveaux auteurs : l’avènement du roman corse moderne

Survivance et diversification d’une école traditionaliste

Un théâtre entre mémoire revisitée et subversion

Le Je poétique corse

Conclusion

Bibliographie

Annexes

1. Guglielmu Guglielmi, le tout premier

2. Le dialecte comme vecteur symbolique d’identité

3. Le premier texte corse imprimé : « U serinatu di Scappinu » 

4. Un modèle de l’Abandon : le « Lamentu di u castagnu à u Corsu »

5. Un manifeste politique, linguistique et littéraire : « A Cispra »

6. Du Lieu à l’Être : « A canzona di u cuccu » 

7. L’exil des forces vives : « Ghjuvan Petru si ne và ! »

8. L’éloge du retour au pays : « Calescia o galera ! » 

9. Un thème muvriste emblématique : l’exode rural

10. Giovoni, poète de la nature et des sentiments

11. Un sonnet malicieux : « Piazza San Niculà »

12. La mort allégorique : « A lumera »

13. « Ci-gît le passé d’une race »

14. Pépé, l’(anti)héros picaresque

15. Ricordi ou l’idéalisation du temps jadis

16. De la diglossie au plurilinguisme : Filidatu è Filimonda

17. La confection du pain (extrait ethnolittéraire)

18. Lieux communs ethnographiques et poésie des mots : « A casa »

19. Un « Mantenimentu » enjoué : Natale Rocchiccioli (1)

20. Un « Mantenimentu » enjoué : Natale Rocchiccioli (2)

21. L’« inghjennatura » (1) : « U rigiru » 

22. L’« inghjennatura » (2) : « Frateddu è vaghjimu in Corsica » 

23. Le lieu magnifié : « Sognu » 

24. Jacques Thiers, poète iconoclaste

25. Le délitement du lieu corse traditionnel

26. Rire et moralisme : A signora (R. Coti) 

27. Des techniques d’écriture novatrices

28. La reformulation fantastique du fonds magico-religieux

29. Paul Desanti, de la littérature politique à la littérature d’imagination

30. Identité en souffrance et crise psychologique

31. Maria Divota et la subjectivité du discours

32. La recréation prodigieuse d’un corse médiéval : L’acelli di u Sarriseiu

33. Lucia Santucci, l’identité humaniste

34. Par-delà les frontières

35. Marcu Biancarelli, la démythification radicale

36. Un néo-réalisme corse

37. De la crise du Nous à la crise du Je : Chì ùn sia fattu di guai

38. La fin d’un monde

39. Les conséquences de la « fola » d’identité

40. Historique des œuvres littéraires intégrées à notre corpus

  

L’auteur

Ange Pomonti est professeur agrégé de Langue et Culture corses dans le second degré. Le présent ouvrage est issu d’une thèse de doctorat soutenue en novembre 2018 à l’université de Corse.

 

Détails du produit

Parution
Albiana - 2021
Format
16,5 x 24 cm
Nombre de pages
568

A propos Thèses

Commentaires (0)

Aucun commentaire

Vous aimerez aussi

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.