De l’épopée vénitienne aux révolutions corses

Engagements militaires et combats politiques insulaires (XVe-XVIIIe siècle)

16,5 x 24 cm - 632 pages

Bibliothèque d'histoire de la Corse
978282408667
25,00 €
TTC

Description

Quatrième de couverture

De la fin du xvesiècle à sa chute en 1797, la république de Venise employa des milliers de mercenaires corses pour servir son expansion territoriale dans le nord de la Péninsule, intervenir lors de ses conflits avec l’archiduché d’Autriche et l’Espagne, et participer à toutes les grandes guerres qui l’opposèrent à l’Empire ottoman: Chypre (1570-1573), Candie (1645-1669) ou les deux guerres de Morée (1684-1699 et 1714-1718).

Cet exil massif qui toucha près de 10% de la population insulaire en âge de porter les armes ne fut pas sans conséquences pour la société corse, et notamment sur le mode de représentation politique des élites corses qui en avaient fait l’expérience. La bonne administration et la tradition militaire de Venise, dernier État italien réellement indépendant, contrastaient en effet avec celles de Gênes. Ce modèle inspira naturellement les propositions réformatrices de Luigi Giafferi, capitaine au service de Venise lors de la première guerre de Morée et, après son retour dans l’île, NobleDouze et orateur de la Corse.

Précoces partisans de la rupture totale avec Gênes, hostiles à toute concession aux démarches de soumission exigées sous la pression des interventions militaires impériales et françaises, les Corses de Venise jouèrent un rôle politique original jusqu’au ralliement du colonel Marc Antonio Giappiconi au gouvernement national, en août1764, devant la menace de la conquête française. 

S’appuyant sur de nombreuses sources inédites, l’ouvrage apporte sa contribution à la connaissance des phases fondatrices de la révolution de Corse. Il rappelle que, dès 1731, le peuple corse a rompu avec Gênes et qu’en 1736 il s’est érigé pour la première fois en État libre et indépendant doté de lois fondamentales, d’une monnaie et d’une armée. Ce faisant, il rend justice aux rôles précurseurs de Luigi Giafferi, Erasmo Orticoni, Sebastiano Costa, mais aussi à celui de Théodore de Neuhoff, aristocrate rebelle, injustement caricaturé et qu’il convient de replacer dans le faisceau des soutiens napolitains, hollandais et anglais à la Corse insurgée, ainsi qu’à celui du maréchal Schulemburg, chef des armées vénitiennes.

Détails du produit

Parution
Albiana 2018
Format
16,5 x 24 cm
Nombre de pages
632
Nouveau produit

A propos Bibliothèque d'histoire de la Corse

Commentaires

Aucun commentaire

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...