Carnets de voyages en Italie d’un...

Carnets de voyages en Italie d’un écrivain corse

1843-1854

15 x 21 cm - 224 pages

9782846982771
15,00 €
TTC Livraison sous 1-2 semaines

Les carnets de voyage de Salvatore Viale, traduits ici pour la première fois, ont la remarquable particularité de décrire une Italie finalement très proche de leur observateur.

Description

Quatrième de couverture

Notable bastiais, l’un des plus fameux intellectuels corses de la première moitié du xixe siècle, Salvatore Viale se trouve être à la charnière des trois mondes qui bordent la mer Tyrrhénienne : la France – qui a pris pied dans son île depuis plus d’un demi-siècle et qui accélère précisément en ces années-là son œuvre de francisation –, l’Italie, qui n’est pas encore l’Italie unifiée, mais qui est depuis de longs siècles l’horizon naturel de tous les intellectuels corses, et la Corse qui se découvre une originalité propre au miroir des autres, notamment en matière de culture populaire.

Les Carnets de voyages en Italie reflètent ces emboîtements dans l’esprit de l’écrivain et le démarquent nettement des habituels voyageurs français ou anglais qui effectuent le « Grand Tour » et qui viennent se recueillir sur les décombres d’un empire romain magnifié ; la visite des imposantes ruines révélant en contrepoint la décadence de l’Italie contemporaine. Salvatore Viale, en cicérone érudit et fin connaisseur de ce qu’il voit, décrit au contraire une Italie où l’art de vivre est toujours nourri au quotidien – dans son architecture, ses travaux, sa culture, sa société et jusque dans ses paysages – du goût des Arts et de la Beauté… Marie Limongi-Marchetti, qui a traduit ces cinq carnets de Viale propose une préface qui en éclaire les grandes lignes. Marco Cini pour sa part resitue, dans l’introduction, ces voyages dans leur époque et dans le cadre intime de l’auteur.

L’ouvrage est le fruit d’une co-édition avec le Centre d’études Salvatore-Viale, dirigé par M. Francis Beretti.


Extrait

Pendant le trajet entre Livourne et Rome, je rencontrai plusieurs étrangers dont certains avaient beaucoup voyagé. J’eus ainsi l’occasion d’observer que le fait de voyager dans de nombreux pays, de même que le fait de trop lire de livres, rend les idées confuses. L’esprit d’un grand voyageur, me disait l’un d’eux, et celui d’un bibliophage sont, d’une certaine manière, comparables à la boutique d’un grainetier bouleversée par un tremblement de terre. Durant ce court voyage, je fis la rencontre d’un peintre de cour, celle de la reine Isabelle d’Espagne. Cet homme blâmait fortement et, à mon avis, à juste titre l’actuel gouvernement constitutionnel de son pays. Les chefs de gouvernement, disait-il, ont partie liée avec les amants de la reine et, par l’intermédiaire de ces derniers, ils la poussent à changer suivant leur convenance les ministres et les lois, aux dépens de l’État et du peuple. De la sorte, les ministres détournent de grosses sommes d’argent qu’ils partagent avec les amants de la reine Isabelle.

Détails du produit

Parution
Albiana - Centre d'études Salvatore-Viale 2008
Format
15 x 21 cm
Nombre de pages
224
Nouveau produit

Commentaires

Aucun commentaire

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).