• Nouveau

Le Républicanisme corse

Sources, institutions, imaginaire

16,5 x 24 cm - 120 pages

Prova
9782824109299
14,00 €
TTC

La formation d’un « républicanisme corse » à l’âge de l’indépendance de la Corse (1755-1769) : une page de l’histoire de l’île souvent dédaignée voire déniée, parfois simplement méconnue des spécialistes ou des Corses eux-mêmes.

Description

Dans le présent essai, relevant de l’histoire de la culture et des idées, l’auteur propose d’aborder la formation d’un « républicanisme corse » à l’âge de l’indépendance de la Corse (1755-1769). Il s’agit là d’une page de l’histoire de l’île souvent dédaignée voire déniée, parfois simplement méconnue des spécialistes ou des Corses eux-mêmes. 

Pourtant, l’expérience inouïe de la promulgation de la première constitution démocratique de l’âge contemporain (1755) aurait pu, aurait dû éveiller l’intérêt de chacun. En effet, pionnière à l’âge des révolutions (1776 en Amérique, 1789 en France), la mise en oeuvre de principes prônés par les philosophes des Lumières avait de quoi ébranler les consciences. Et justifier la consécration de ses hérauts. Il n’en fut presque rien… 

Droit du peuple à résister et à décider de son destin, institution d’une démocratie (gouvernement établi « pour le bonheur de la nation », chambres de délibérations des lois et de contrôle des politiques, etc.), laïcité (mise à distance du spirituel dans les affaires de la cité et droits des minorités religieuses), confirmation du droit de vote des femmes (lorsqu’elles étaient à la tête de la famille), établissement d’un État de droit (justice publique et ordre social), lutte contre l’ignorance et l’obscurantisme (ouverture d’une université) font notamment partie des innovations remarquables de l’État mis sur pied par Pasquale Paoli et ses compagnons de route. 

Dans l’Europe du XVIIIe siècle, la Révolution corse ne passa pourtant pas inaperçue. Elle fut défendue par les plus éclairés, mais dressa irrémédiablement les absolutistes contre elle. 

Il lui en coûta cher… On finit par oublier qu’un républicanisme corse avait existé avant même que la République ne renaisse ailleurs. Un républicanisme spécifique dont les éléments essentiels demeurent aujourd’hui pleinement d’actualité. 

Jean-Guy Talamoni est avocat, président de l’assemblée de Corse depuis 2015, enseignant-chercheur à l’université de Corse. Il a publié de nombreux ouvrages dédiés à la culture corse et la politique et, dans le domaine de l’histoire culturelle de son île, Littérature et politique en Corse – Imaginaire national, société et action publique (Albiana, 2013).

Table des matières

Introduction 

La première des trois révolutions

Liberté et égalité

Notions abstraites ou pratiques d’équilibre

La place de la tradition

Un républicanisme spécifique

Une modernité étonnante

Une actualité brûlante

Du « roman » à « l’imaginaire historique complexe »

Recherche et action publique

Une contribution au républicanisme du XXIe siècle ?

Première partie : Sources 

La pensée politique corse, des théologiens d’Orezza à Napoléon Bonaparte

Aux origines de la tradition politique corse

La consulte des théologiens d’Orezza

L’influence de l’école de Salamanque

Pasquale Paoli et les fondements théoriques du paolisme

Antonio Genovesi : le maître de Paoli 

Giambattista Vico : le maître du maître

La double source de la politique paolienne

La pensée politique corse chez Napoléon Bonaparte

Paoli dans les pas de Machiavel : un perfectionnement du « républicanisme classique »

Les républiques italiennes d’origine médiévale 

L’inspiration machiavélienne de Paoli 

La pratique politique machiavélienne de Paoli 

« Diviser pour régner », une devise ni machiavélienne ni paolienne

Une justice par l’exemple

Un « rédempteur », seul au pouvoir

Un républicanisme corse

Deuxième partie : Institutions 

Innovations du constitutionnalisme paolien : le préambule de 1755 

Le préambule de 1755

La liberté

La démocratie

Le concept de nation

La notion de « Constitution » 

Le droit au bonheur 

Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes

Sécularisation et laïcité dans la tradition républicaine corse

Séparation de l’ordre ecclésial et de l’ordre politique

Séparation pratique de l’Église et de l’État

L’influence corse dans la politique napoléonienne

Actualité de la conception insulaire de la laïcité 

La question de l’éducation dans la littérature politique corse du XVIIIe siècle 

La Révolution corse et la question de l’éducation 

La question éducative dans la formation de Paoli

Antonio Genovesi

Giambattista Vico

La place de la politique éducative dans l’État

Troisième partie : Imaginaire

« Nouvelle Corse » de Napoléon Bonaparte : l’imaginaire national corse sous la plume du futur empereur

LeVir Nemoris de Nobili-Savelli 

Âge d’or et désastre

Le serment 

De Nobili-Savelli à Bonaparte 

Le souvenir de la « tyrannie » génoise 

Annexe : Fac-similé de la Constitution de 1755 

Détails du produit

Parution
Albiana 2018
Format
16,5 x 24 cm
Nombre de pages
120

A propos Prova

Essais historiques, anthropologiques ou sociaux qui laissent la parole aux acteurs, aux chercheurs et aux intellectuels qui s’intéressent à la vie insulaire et en amplifient les vues au-delà de la Corse. 

Commentaires

Aucun commentaire

Vous aimerez aussi

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...