51 Pegasi, astru virtuali

14 x 22 cm - 208 pages

9782846980609
18,00 €
TTC

Roman en langue corse d'un auteur phare de la création en littérature contemporaine. Traduit du corse par Jérôme Ferrari. Un écrivain maudit, banni pour ses écrits, revient dix ans plus tard dans son île qui a depuis accédé à l'autonomie.

Description

Quatrième de couverture

Un auteur – celui de la nouvelle qui clôt Prighjuneri ? – revient en Corse après dix ans de fuite hors de son île à la suite de la publication d’un roman qui fit scandale. Oublié de tous, sauf de ses compagnons de bringue, il est approché par un de ses anciens élèves, féru de littérature et inventeur d’une étrange machine.

La Corse, elle, n’a pas changé : elle a suivi le cours logique de son involution culturelle entre tourisme et impostures généralisées. Cynique et violent, le héros – un anit-héros à la hauteur de ses prédécesseurs américains en littérature – erre dans ce monde amnésique, sans queue ni tête et ce n’est pas sa lucidité ni son détachement qui pourront le mener à la rédemption.

À moins que l’amour ne vienne brouiller ses cartes…

Un roman puissant, écrit « au couteau » au cours comparable à celui d’un torrent de montagne : tempétueux et indocile jusqu’à atteindre les eaux calmes de la mer. Un torrent vif comme la vie insulaire.


Extrait

« L’umbra passa senza fighjulà, ma puri vidi tuttu. Hè un’umbra chì hè sempri quì, chì cunnosci tutti i staghjoni schisuffreni di u so locu, chì ni sà tutta a sustanza, è chì ni duventa unu spezia di ricittori. Hè fora, da un capu di notti à l’altru, à i sicreta bughji di ‘ssu mondu quì, iddu i senti tutti. Un ci hè un arrubbeghju di vittura ch’iddu ùn vica. Tutti i conci missi o ricivuti, n’hà intesu parlà. I cummircianti racchittati, l’assassinii a mani à l’alba, i minacci di a calata « llu ghjornu, i ghjuvanetti sacrificati nantu à l’altari « lla ninfumania, i sborgni trimendi è i snifferi di cucaina, i spidizioni scemi contru à i travaddadori imigrati, l’accidenti murtali di vittura à a cruciata di a burdata è di l’infernu, u sanguu è a risa svaculita, a risa è u sanguu… u so mondu hè quì. Attraversa sta notti quì. Senti tutti i moghja di l’addisperu umanu, ‘ssi moghja trasfurmati in cumedia mattarasciata, in risa tùrbida. Sò colpa, insulti, ghjastimi, minacci, rifusi, còllari, liti, scaccanati bauli, canzoni di stuppina, urli di suffrenza, chjami. »


Traduction

Existe aussi en version française

Détails du produit

Parution
Albiana 2003
Format
14 x 22 cm
Nombre de pages
208
Nouveau produit

Commentaires

Aucun commentaire

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...