• Nouveau
Grandes demeures de Corse

Grandes demeures de Corse

Les maisons patriciennes au temps des Bonaparte 1769-1870

26,5 x 24 cm - 312 pages

9782824110370
35,00 €
TTC Livraison sous 1-2 semaines

L'histoire de l'architecture insulaire récente avait mis en lumière les fameux Palazzi d'Americani. Les grandes et belles demeures patriciennes de Corse sont tout aussi remarquables : d'inspiration italienne, française, voire anglaise, elles disent l'opulence, la distinction, le goût de l'art et les modes de vie d'une époque.

Description

« Des spécialistes réunis autour de Jean-Marc Olivesi apportent, par leurs contributions, des renseignements nouveaux et inédits sur les demeures corses du XVIe au XIXe siècle.  Ces demeures témoignent d’une grande diversité dans les plans, l’organisation de l’espace et le jeu des décors, les influences, italiennes ou françaises, voire suisses. Toutes révèlent les différences sociales et les ambitions de leurs propriétaires. » (A. Lefébure, directeur du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, extrait de la préface).

   

(…) La maison Bonaparte, comme beaucoup de maisons patriciennes corses, surprend le visiteur qui ne dispose pas de grille de lecture pour l’étudier. En effet, elle n’a ni le gigantisme des palais romains au « front audacieux » tels que le palais Farnèse et son cornicione dessiné par Michel-Ange, ni les immenses surfaces construites des palais Colonna ou Doria-Pamphilj, ou les plans très articulés et complexes des hôtels particuliers parisiens, dont les espaces correspondent à des fonctions plus différenciées. Des façades très dépouillées, quasiment sans modénature, les distinguent rarement des immeubles d’habitation voisins. La structuration ornementale, ou concatenatio, de la façade ne viendra vraiment qu’avec le Second Empire. On est loin du palais Spada à Rome ou de nombre des palais de Gênes dessinés par Rubens. Pourtant, les maisons de notables dans des villages riches et certaines demeures urbaines surprennent à la fois par leur simplicité et leur taille considérable. Le plan le plus usité est celui avec salon central qui distribue tout un étage, même s’il n’est pas universellement adopté : il est absent de Bastia et la Maison Bonaparte en est dépourvue, mais il est vrai qu’elle dispose à la fois d’un grand salon, d’une galerie, d’une salle à manger et d’un fumoir…

Cette diversité de l’organisation de l’espace n’a d’égale que celle des différentes strates de la notabilité corse : l’aristocratie d’origine génoise telle ces Doria, Giustiniani, Spinola installés en Corse, coexiste avec les feudataires corses (signori de Bozzi, della Rocca, Leca, Istria, Ornano dans le Sud, Gentile et da Mari dans le Cap…), les familles de caporali dans le centre de l’île, les benemeriti (ceux qui ont bien mérité de la république de Gênes) dans les présides, les familles devenues éminentes par des charges de notaires, de juristes ou de magnifiques anciens (Bonaparte). Pour autant, si cette élite est très diverse, on ne saurait dire que tel type architectural corresponde aux signori, aux caporali, ou aux benemeriti… Chaque famille présente une situation différente en fonction de son histoire particulière, de ses prétentions dans la société du temps (proximité avec un grand seigneur français ou italien, enrichissement aux Indes ou dans des campagnes militaires, etc.). Les chantiers que lancent ces familles ne correspondent pas à une situation, mais semblent accompagner un changement de statut en cours. Puis, à de rares moments, des familles plus anciennes, titillées par ces grands chantiers, peuvent décider d’agrandir ou de mettre au goût du jour leurs demeures ancestrales. Enfin, si l’enrichissement des familles corses dû à l’importance croissante des Bonaparte dans les destinées de la France est évident, il ne faut pas mésestimer la volonté de tenir un rang dans la Corse génoise, dans le royaume corse de Théodore comme dans la nation souveraine de Paoli. (…)

 Jean-Marc Olivesi, conservateur de la Maison Bonaparte (extrait de l‘introduction)

  

 Présentation en images par Jean-Marc Olivesi, conservateur général du patrimoine au musée de la Maison Bonaparte 

Grandes demeures de Corse - Constitution d'un nouveau sujet de recherche

On en parle dans la presse 

   

Sommaire

Préface Amaury Lefébure

Introduction J.-M. Olivesi

     

Typologie des éléments d’architecture : escaliers, « sala », terrasses et loggias, belvédères et porches J.-M. Olivesi

Historique de la Maison Bonaparte – Dernières recherches J.-M. Olivesi

Essor d’une ville : architectes, entrepreneurs et maîtres-maçons à Ajaccio au XIXe siècle P. C. Giansily

Développement urbain et demeures patriciennes à Ajaccio au XIXe siècleP. C. Giansily

Notes sur le séjour en Corse de Giuseppe Barberi (1746-1809), architecte romain, d’octobre 1802 à mai 1803 F. Benedettucci

Les décors peints dans les demeures patriciennes, en Corse en général et à Ajaccio en particulier, de la fin du XVIIIe siècle à 1900M.-É. Nigaglioni et P. C. Giansily

5, rue Bonaparte à Ajaccio M. Savina

Portfolio I – Maisons d’Ajaccio

Les maisons de notables dans les environs d’Ajaccio au temps des Bonaparte H. Paolini-Saez

Les maisons fortes de Corse : les « palazzi » du XVIe siècle  J.-Ch. Ciavatti

« U palazzu» de Bocognano : fragments d’histoire M. Mattioli

Le château du comte de Marbeuf à Cargese J.-C. Liccia

Marbeuf dans ses meubles : le décor luxueux d’un château d’exception M. Mattioli

« Palazzi di l’Egizziani»… – Les maisons Rocca-Serra à Sartène A. Giuliani

Les maisons patriciennes de Bonifacio de l’époque génoise à la Grande Guerre C. Schmukle Mollard

Les maisons de notables en Balagne (fin XVIIIe-début XIXe siècle) L. Castellani

Le palazzu Giubega à Calvi J.-M. Olivesi

Le château Sebastiani d’Olmeta di Tuda A. Giuliani

Le château de la Costa (ou Malaspina) à Belgodère A. Giuliani

Le château Mariani à Corte A. Giuliani

Les maisons patriciennes du Cap-Corse C. Paoli

Portfolio II – Maisons à Brando

Portfolio III – Maisons de Balagne

Un plan de Bartolomeo Bianco de 1623 pour expliquer l’urbanisme du vieux port de Bastia A.-M. Graziani

Palais Galeazzini et domaine de Pietra Rossa. Vie urbaine et vie campagnarde d’une famille aristocratique de Bastia F. Piazza

Portfolio IV – Maisons à Bastia

La maison Castagnola, rue des Terrasses à Bastia M.-É. Nigaglioni

Le palais Caraffa, une demeure patricienne bastiaise des XVIIe et XVIIIe siècles M.-É. Nigaglioni

La maison De Battisti, rue du Commandant-Bonelli à Bastia M.-É. Nigaglioni

L’hôtel Valery, boulevard Paoli à Bastia M.-É. Nigaglioni

Portfolio V – Les grandes familles corses du XVIIIe  siècle

Le château de Torre Mozza. Pierre Napoléon Bonaparte et la Corse O. Bianconi

Portfolio VI – Palais du XIXe  siècle

Portfolio VII – Projet d’Adolphe Peretti pour le palais Piazza-Alessandrini M.-É. Nigaglioni

Le château de la Punta à Alata J.-M. Olivesi

La transmission des maisons au sein des familles patriciennes en Corse au temps des Bonaparte D. Polverelli

Tra Corsica è Terra ferma. Notabilité corse, émigration et habitations. Essai d’histoire culturelle, 1700-1815 S. Gregori

 

Catalogue des œuvres

Bibliographie sélective

 

Ont contribué à la rédaction de cet ouvrage:

Fabio Benedetucci, conservateur au musée d’Histoire de Rome, Palazzo Braschi

Olivier Bianconi, historien

Laetizia Castellani, docteur en histoire moderne et contemporaine. UMR Lisa, université de Corse

Jean-Charles Ciavatti, chercheur au service recherche/inventaire, direction du patrimoine de la Collectivité de Corse, conservateur des antiquités et objets d’art de Haute-Corse

Pierre-Claude Giansily, conservateur des antiquités et objets d’art de la Corse-du-Sud

Audrey Giuliani, attachée de conservation au musée de Bastia

Antoine-Marie Graziani, professeur d’histoire moderne à l’université de Corse

Sylvain Gregori, directeur du musée de Bastia, docteur en histoire, chercheur associé au CMMC

Jean-Christophe Liccia, ingénieur du contrôle de la navigation aérienne, chercheur en histoire

Mauricette Mattioli, conservateur en chef honoraire de l’Inventaire

Michel-Édouard Nigaglioni, chercheur au service de l’inventaire de Corse (Collectivité de Corse)

Jean-Marc Olivesi, conservateur général du patrimoine, musée national de la Maison Bonaparte

Caroline Paoli, historienne de l’art

Hélène Paolini-Saez, directrice du laboratoire régional d’archéologie

Daniel Polverelli, docteur en droit

François Piazza, ancien élève de l’École normale supérieure, collectionneur

Marc Savina, historien

Christiane Schmukle Mollard, architecte en chef honoraire des Monuments historiques, vice-présidente de l’Académie d’architecture

 

Détails du produit

Parution
Albiana - Musée national de la Maison Bonaparte 2020
Format
26,5 x 24 cm
Nombre de pages
312

Commentaires

Aucun commentaire

Vous aimerez aussi

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).