51 Pegasi. Astre virtuel

14 x 22 cm - 220 pages

9782846981002
18,00 €
TTC

Roman baroque contemporain par l'un des auteurs phares de la création en littérature insulaire Traduit du corse par Jérôme Ferrari. Un écrivain maudit, banni pour ses écrits, revient dix ans plus tard dans son île qui a depuis accédé à l'autonomie.

Ouvrage momentanément indisponible

Description

Quatrième de couverture

Un auteur qui fit scandale en son temps revient, dans une Corse devenue autonome, après dix ans de fuite. Oublié de tous, sauf de ses compagnons de bringue, il est approché par un de ses anciens élèves, féru de littérature et inventeur d’une étrange machine à se projeter dans l’onirisme, dans une virtualité devenue réelle.

La Corse, elle, n’a pas changé, elle a suivi le cours logique de son involution culturelle entre tourisme effréné et impostures culturelles généralisées. Cynique et violent, le héros erre à nouveau dans ce monde amnésique, sans queue ni tête, et ce n’est pas sa lucidité ni son détachement qui pourront le mener à la rédemption.

À moins que l’amour, enfin, ne vienne brouiller les cartes...


Extrait

Notre rue, nous le savons, passe sans transition du vide sidéral et glacé de novembre de dix mois, à la folie frénétique de l’invasion saisonnière, avec des Italiens crasseux et hystériques dans tous les coins, des Bretons bourrés et mal élevés qui vomissent leur accent à la con dans toutes les tavernes, et des femmes pinzuti à cueillir et à baiser à droite et à gauche. L’ombre passe sans regarder, mais pourtant elle voit tout.

C’est une ombre qui est toujours là, qui connaît toutes les saisons schizophrènes de son monde, qui en sait la substance, et qui en devient une sorte de récepteur. Il est dehors, d’un bout de la nuit à l’autre, et les obscurs secrets de ce monde-là, lui les entend tous. Il n’y a pas un vol de voiture qu’il n’ignore, pas une histoire de cul qui ne lui échappe. Toutes les roustes infligées et reçues, il en a entendu parler.

Les commerçants rackettés, les assassinats de l’aube, les menaces du crépuscule, les jeunes filles sacrifiées sur les autels de la nymphomanie, les cuites terrifiantes et les rails de coke, les expéditions insensées contre les travailleurs immigrés, les accidents de voiture mortels à la croisée de l’ivrognerie et de l’enfer, le sang et les rires déments, le rire et le sang… son monde est là. Il traverse cette nuit-là. Il entend les hurlements du désespoir des hommes, ces hurlements transformés en comédie absurde, en rire trouble. Ce sont des coups, des insultes, des malédictions, des menaces, des colères, des disputes, des ricanements stupides, des chansons à boire, des cris de souffrance, des appels. Le noir de sa tenue, je n’ai jamais su s’il signifiait le deuil ou non, je crois qu’il portait le deuil du monde entier. Cet homme était la mort personnifiée (…)


Version originale

Existe aussi en version corse


Revue de presse

Mediapart

Détails du produit

Parution
Albiana
Format
14 x 22 cm
Nombre de pages
220
Nouveau produit

Commentaires

Aucun commentaire