• Nouveau
Les Bonaparte et l’Antique

Les Bonaparte et l’Antique

Un langage impérial

26,5 x 24 cm - 156 pages

9782824111360
29,00 €
TTC Livraison sous 1-2 semaines

La référence à l’Antiquité est permanente chez les Bonaparte et apparaît sous des formes très diverses : beaux-arts, architecture, peinture, sculpture et arts décoratifs, références littéraires et discours politique. Elle est le filigrane du destin de Napoléon et des Bonaparte en général.

Fermer

Description

 

« S’il est un pouvoir auquel Napoléon Bonaparte aimait à se référer, c’est celui de la Rome antique. Beaucoup d’arguments l’y poussaient. Le retour à l’Antiquité prôné depuis vingt-cinq ans par le courant néoclassique avait fini par imposer ce goût sévère et pur, en réaction à une société de raffinement du XVIIIe siècle jugée décadente. L’austérité et la passion des armes exaltaient les valeurs viriles. La pensée elle-même s’était romanisée.

Aussi, en cette année du bicentenaire, il ne pouvait y avoir meilleure idée que celle de déceler à travers les riches collections patrimoniales de la bibliothèque municipale d’Ajaccio ces traits de romanité. L’analyse du contenu d’une bibliothèque en dit beaucoup sur son possesseur. Le cardinal Fesch, oncle de Napoléon Ier, était un collectionneur passionné : personne n’a oublié ses collections riches de plus de 17 000 œuvres d’art ni son impressionnante galerie de peintures qui comptait plus de 16 000 tableaux dont les mille qu’il légua à Ajaccio formèrent l’embryon du musée Fesch. L’on connaît moins sa passion pour les livres et combien son esprit de collection s’était étendu à ces objets d’érudition, dans un souci pédagogique de partage de connaissance et de diffusion des savoirs. »

Élisabeth Caude, conservatrice générale du patrimoine, directrice du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau (extrait de la préface).

 

« Cette exposition est une plongée dans l’histoire des Bonaparte, mais aussi dans celle de la bibliothèque patrimoniale Fesch car l’une et l’autre sont dès l’origine intimement liées. Lucien Bonaparte, frère de Napoléon, est en effet à l’initiative de la création de la bibliothèque tandis que le cardinal Fesch, oncle de Napoléon Ier, est l’un des principaux donateurs. En réunissant des ouvrages souvent issus de grands couvents ou de collections royales, ils ont constitué un fonds conséquent et pluridisciplinaire, avec pour ambition de doter la ville d’Ajaccio des outils pour favoriser l’essor de l’instruction parmi la population insulaire. De fait, dans chacun des livres du fonds patrimonial transparaît l’intérêt que ces deux fondateurs portaient sur un certain nombre de disciplines et l’idée qu’ils se faisaient d’une bibliothèque idéale et des connaissances scientifiques et culturelles que tout homme instruit devait posséder.

Il n’est donc pas étonnant que l’on trouve dans les collections de la bibliothèque patrimoniale une avalanche de références sur l’Antiquité, allant des ouvrages sur les monuments antiques à ceux sur les fouilles archéologiques, en passant par les traités d’architecture et les livres d’histoire de l’art, sans oublier les œuvres majeures de la littérature antique et italienne. » 

Élisabeth Périé, directrice du réseau des bibliothèques et des médiathèques de la ville d'Ajaccio (extrait de la préface).

   

Le modèle antique prévaut constamment avec Napoléon, mais quelle est sa source ? La mode du néoclassicisme après les découvertes d’Herculanum et de Pompéi ? Le modèle de la République pendant la Révolution française, puis de l’empire romain pendant la période napoléonienne ? Les références romaines et spartiates des Bonaparte (et des élites corses de la fin du XVIIIe siècle) ? La résurrection de la dignité impériale face aux autres héritiers (Saint-Empire romain germanique, empire russe) ?

C’est que la référence à l’Antiquité est permanente chez les Bonaparte et apparaît sous des formes très diverses (beaux-arts, architecture, peinture, sculpture et arts décoratifs), références littéraires et discours politique. Pour alimenter ce discours, Napoléon va faire de Rome la seconde capitale de l’Empire français, porter une couronne de lauriers d’or et remettre en selle la vieille querelle qui opposait Louis XIV et le pape Alexandre VII pour la primauté européenne. Lui-même, Caroline, Joseph, Lucien et Élisa vont encourager des fouilles sur des territoires dont ils ont la responsabilité, et valoriser leurs découvertes, notamment en publiant de magnifiques ouvrages sur les monuments antiques. Ils continuent ainsi une tradition portée par les rois de France pendant la Renaissance et l’époque classique, par les Bourbons de Naples, mais aussi par les papes, et ces cardinaux et princes romains qui ont servi de modèle au cardinal Fesch… Nul n’avait donné une telle ampleur à la valorisation de ce passé dans la construction d’un langage nouveau auquel vont participer également Vivant Denon et le préfet de Rome Camille de Tournon.

Le fonds exceptionnel de la bibliothèque municipale d’Ajaccio, constitué par le cardinal Fesch et Lucien Bonaparte, témoigne de ces enjeux symboliques, culturels et politiques. L’exposition et la publication qui l’accompagnent seront bâties à partir de ses collections.

La référence à l’Antiquité est donc le filigrane du destin de Napoléon et des Bonaparte en général.

Jean-Marc Olivesi Conservateur général du patrimoine, musée national de la Maison Bonaparte, commissaire de l'exposition (extrait)

  

 

 

Sommaire

Préface  LAURENT MARCANGELI

Préface  ÉLISABETH CAUDE

Préface  ÉLISABETH PERIE

Un langage impérial, des références communes à toute l’Europe  J.-M. OLIVESI

Rêves de pierre (exposition du musée Fesch, Ajaccio, 2000). Collection des plâtres pédagogiques du musée

De la bibliothèque nationale du Liamone à la bibliothèque municipale Fesch  S. MAROSELLI

Les compatriotes des Bonaparte : qui sont les lecteurs de la bibliothèque ?  S. MAROSELLI

La culture des révolutionnaires paolistes (1755-1769). De la gloire plutarquéenne à la felicità pubblica  E. MICELI

Dominique Vivant-Denon (Chalon-sur-Saône 1747 – Paris 1825). L’œil de Napoléon  F. MARDRUS

La gloire de l’Antique de Charlemagne aux Bonaparte : Rome n’est plus dans Rome, elle est toute à Paris  J.-M. OLIVESI

Beau comme l'Antique ! Les Antiques du Museon Arlaten

Catalogue des œuvres. Une exposition, trois séquences. Notices des ouvrages de la bibliothèque patrimoniale Fesch présentés dans l’exposition A. PONTALIER

Quelques Antiques remarquables  J.-M. OLIVESI

Ont contribué à la rédaction de cet ouvrage :

Jean-Marc OLIVESI

Conservateur général du patrimoine, musée national de la Maison Bonaparte, commissaire de l'exposition

Françoise MARDRUS

Cheffe de service, responsable du centre Dominique-Vivant-Denon, direction de la recherche et des collections

Saveria MAROSELLI

Médiatrice culturelle du réseau des bibliothèques et des médiathèques de la ville d'Ajaccio

Erick MICELI

Doctorant en histoire moderne

Aude PONTALIER

Responsable du fonds ancien de la Bibliothèque patrimoniale Fesch

   

 

Détails du produit

Parution
Albiana - Musée national de Maison Bonaparte - Bibliothèque patrimoniale Fesch 2021
Format
26,5 x 24 cm
Nombre de pages
156

Commentaires (0)

Aucun commentaire

Vous aimerez aussi

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.