Invitation au trépas

12,5 x 21 cm - 128 pages

Nera
9782846981019
12,00 €
TTC

Le premier roman policier de langue corse, traduit ici, met en scène un commissaire... sicilien dans une sombre affaire de hold-up raté et d'enlèvement qui le voit traverser les îles voisines (Sicile, Sardaigne et Corse) à la recherche de la solution, sous l'œil narquois d'une intrigante présence invisible.

Description

Quatrième de couverture

Un inspecteur rusé et boiteux qui poursuit les ravisseurs et les assassins jusqu’à la dernière page ; accompagné par une voix moqueuse qui se rit de ses échecs et de ses habitudes de vieux célibataire ; immergé au cœur d’une société sicilienne complexe et tourmentée : le voici personnage de Cordilione, chevauchant sa vieille Lambretta — qui le laisse tomber quand elle n’en peut plus, dans les pires moments — traversant son temps et les îles voisines à la recherche de la vérité. L’inspecteur n’a rien à envier à ses prédécesseurs anglais, américains, catalans et même… siciliens. Il en est déjà un égal, une figure littéraire complète qui ouvre pour la première fois les portes du genre « policier » à la langue corse.


Extrait

L’inspecteur Cordilione était assis tout seul, à l’écart, sirotant un verre de cette boisson dorée et mousseuse. À cause de la mauvaise odeur de tabac brun que dégageait sa pipe, un vide s’était creusé autour de lui, provoquant le regard hostile de quelque lady dont l’effet aphrodisiaque de son nouveau parfum se trouvait ainsi anéanti. « Mais qu’est-ce que je fous là ? » pensait Cordilione peu habitué à tous ces tralalas. Ce n’était certes pas dans les bas-fonds d’où il sortait qu’il aurait pu recevoir l’éducation raffinée lui permettant d’adopter naturellement les bonnes manières de la haute société. Il regardait donc avec curiosité tous ces gens qui en étaient pourvus. Il découvrait ainsi que chaque geste était soumis à un ensemble de règles bien codifiées, que la solennité dégagée par chacune de ces personnes résultait d’un héritage culturel transmis d’une génération à l’autre depuis la nuit des temps.
Mon vieux, tu ressembles à un éléphant dans un magasin de porcelaine ; on voit-i bien que çte monde n’est pas le tien. Je l’savions bien, je les connois bien ceux qui, comme toi, naissent parmi les pouilleux. Toi, tu t’en es malgré tout sorti. Pour sûr, il a sacrément fallu trimer… comme tes aïeux… mais tu as réussi… même s’il y a toujours ces gens-là, avec leur air hautain et souvent méprisant pour te rappeler tes origines modestes.


Version originale

Existe aussi en version corse

Détails du produit

Parution
Albiana 2004
Format
12,5 x 21 cm
Nombre de pages
128
Nouveau produit

A propos Nera

Commentaires

Aucun commentaire