Scopa

Jeu de cartes traditionnel

0.057 x 0.087 cm

9782824104423
9,00 €
TTC
Le jeu de scopa est l’un des plus anciens et des plus populaires de Corse.
 Il se joue à 2, 3 ou 4 joueurs à l'aide d'un jeu de cartes, dès 7 ans. Il développe l'esprit de stratégie et favorise la sociabilité.
Les personnages sont issus de l'histoire de la Corse.
Illustrations de l'artiste-peintre Tonì Casalonga.

« Ils jouent la scopa, ce jeu national par excellence, que tout enfant bien né est censé savoir en naissant. » (G. Faure, 1885)

Description

Règles du jeu

Le jeu de scopa est l’un des plus populaires de Corse. 
Il se joue à 2 ou à 4 (par équipe de 2) avec un paquet de 36 cartes.

Les cartes possèdent les valeurs numériques suivantes :

As (assu) vaut 1 ; 3 (trè), 4 (quattru), 5 (cinque), 6 (sei) et 7 (setti) valent respectivement 3, 4, 5, 6 et 7.

Le valet (u sbiru) vaut 8, la dame (a donna) vaut 9 et le roi (u rè) vaut 10.

On distribue 3 cartes à chacun des joueurs, puis 4 cartes sont retournées sur la table.

Les joueurs doivent chacun à leur tour tenter de faire un pli, c’est-à-dire ramasser, avec une seule carte, une ou plusieurs cartes du tapis dont la valeur ou les valeurs additionnées lui sont égales. Ainsi, un 7 prend un 4 et un 3 ou un 6 et un as, mais aussi un autre 7. On est obligé de prendre la carte de valeur égale plutôt que plusieurs additionnées si le tapis le permet (le 7 prend obligatoirement un 7 plutôt qu’un 4 et un 3).

Si un joueur ne peut ou ne veut pas (par stratégie) prendre de carte, il doit en déposer une des siennes au choix et passer son tour.

Lorsqu’un joueur a joué toutes ses cartes, on lui en distribue trois autres.

La mène se termine lorsque les joueurs n’ont plus de cartes en main et que le paquet a été épuisé.

S’il reste des cartes sur le tapis, elles reviennent à celui qui a fait le dernier pli.

Décompte des points

Le vainqueur est celui qui, à l’issue de plusieurs mènes, atteint le premier le score de 21 points avec deux points d’écart sur le suivant. On continue de jouer tant que cet écart n’est pas réalisé.

A scopa : au cours de la partie, celui qui ramasse toutes les cartes du tapis en un pli fait unescopa et marque un point. Après une scopa, le joueur suivant doit déposer une carte sur le tapis et passer son tour.

En plus des points de scopa, à la fin de chaque mène sont distribués les 4 points suivants.

I carti : celui qui a remporté le plus de cartes marque un point.

I danari : celui qui compte le plus de carreaux (danari) marque un point.

U settebellu (ou settibonu) : celui qui possède le 7 de carreau marque un point.

A primiera : celui qui possède les 4 cartes (de chaque couleur différente) ayant la plus grande valeur marque un point. Pour la primiera seulement, le 7 vaut 21, le 6 vaut 18, l’as vaut 16, le 5 vaut 15, le 4 vaut 14, le 3 vaut 13 et les figures (R, D, S) valent 10. Quatre 7 ou trois 7 et un 6 sont imbattables.

S’il y a égalité des décomptes, le point de primiera n’est pas attribué.

Les figures du jeu de scopa

Danari (carreau)

Rè di danari : Tiadoru

Théodore de Neuhoff, premier (et dernier) roi de Corse, « régna » quelques mois en 1736. Il était d’origine allemande.

Donna di danari : Culomba

Colomba della Rebbia est l’héroïne du célèbre roman de Prosper Mérimée. Elle a vraiment vécu à Fuzzà au xixe siècle sous le nom de Culomba Carabelli.

Sbiru di danari : u nutaru

Le notaire est le gardien des biens et de la mémoire du territoire. Le plus célèbre d’entre eux fut Giovanni della Grossa, auteur d’une chronique considérée comme la première histoire de Corse.

 

Fiori (trèfle)

Rè di fiori : Sambucucciu

Sambucucciu mena la révolte paysanne de 1357 contre les féodaux. Son nom est devenu légendaire. Il incarne l’esprit de révolte insulaire.

Donna di fiori : Letizia

Letizia Bonaparte, mère de Napoléon Ier, était connue pour son caractère trempé. Elle portait le titre inédit de Madame Mère.

Sbiru di fiori : u pastore

Le berger est la figure emblématique du peuple corse qui vécut de ses troupeaux des millénaires durant. Il est « l’inventeur » du délicieux brocciu.

 

Cori (cœur)

Rè di cori : Pasquale

Pasquale Paoli, u Babbu di a Patria, fonda et dirigea l’État indépendant corse quinze années durant, jusqu’en 1769.

Donna di cori : Faustina

Faustina Gaffori fut l’épouse du général Gaffori qui dirigea les insurgés corses contre les Génois. Sa détermination et son courage lors des sièges de la citadelle de Corti (1746 et 1750) sont restés légendaires.

Sbiru di cori : u guardia

Les Corses constituèrent la Garde des papes jusqu’au XVIIe siècle en raison de leur réputation de courage, de force et de fidélité.

 

Picche (pique)

Rè di picche : Sampieru

Sampiero Corso, condottiere et mercenaire, tenta de libérer la Corse de la tutelle génoise au xvie siècle.

Donna di picche : Vannina

Vannina d’Ornano, forte personnalité, fut l’épouse malheureuse de Sampiero Corso. Ce dernier l’étrangla de ses propres mains, persuadé d’avoir été trahi au profit des Génois. Elle fut aussi la mère d’Alphonse d’Ornano qui devint maréchal de France d’Henri IV.

Sbiru di picche : u suldatu

Son talent pour l’art de la guerre, sa force et son courage étaient de grande renommée. Nombreuses furent les nations européennes à constituer un corps spécifiquement corse.

Détails du produit

Parution
Albiana 2013
Format
0.057 x 0.087 cm
Nouveau produit

Commentaires

Aucun commentaire

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...