Chjarasgia rossa è pavimentu biancu

15 x 20 cm - 120 pages

E Cunchiglie
9782846980456
15,00 €
TTC

Un recueil qui souleva l’enthousiasme des critiques lors de sa parution en Tunisie (en langue arabe) qui saluèrent une poésie de ton et de forme résolument modernes où la concision, la sensualité, la musicalité le disputent à la profondeur du propos. Traduit en corse.

Description

Quatrième de couverture

Un recueil qui souleva l’enthousiasme des critiques lors de sa parution en Tunisie (en langue arabe) qui saluèrent une poésie de ton et de forme résolument modernes où la concision, la sensualité, la musicalité le disputent à la profondeur du propos.

Dans la poésie de par Maram al-Masri, l’écrivain et poète Salah Stétié dit qu’elle accole deux simples paroles qu’elle nous tend comme s’il s’agissait d’un billet écrit à l’attention de chacun de nous, avec un geste doux et discret. Ainsi, l’émotion née de la lecture n’est pas seulement esthétique, mais véritablement affective et pour ainsi dire personnelle dans la mesure où justement elle touche à l’intime, appelant la mémoire et l’expérience de chacun.

Ce qui prend à l’âme et au corps sont les mots des poèmes, toujours courts, et qui semblent blessures subites, merveilles spontanées, choses arrachées à l’instant qui fuit.

Ce sont de petites choses minuscules de la vie, existence enracinée dans l’angoisse jamais dépourvue d’amour, un amour auquel il ne manque ni le désir, ni la crainte, ni la tendresse. Ni même la douce amertume languide du souvenir. Et la poésie émerge, telle une trace tremblante. Il reste un sourd battement de cœur ou le crissement d’un pas léger, à laisser penser que l’âme chemine ainsi, pieds nus…


Strattu

Aspettu,
é chì aspettu ?
un omu carcu à fiori,
è à parolle dolce.
Un omu
chì mi feghji è mi veca.
Chì mi parli è mi stia à sente.
Un omu chì pianghji
per mè,
tandu aghju a piétà
ed u tengu caru.

Détails du produit

Parution
Albiana 2003
Format
15 x 20 cm
Nombre de pages
120
Traducteur
Ghjacumu Thiers
Nouveau produit

Commentaires

Aucun commentaire