Codex Corsicae

Codex Corsicae

Esquisse d'une théorie de l'interprétation des socioglyphes de Corse

14 x 22 cm - 128 pages

9782846981293
15,00 €
TTC Livraison sous 1-2 semaines

L'approche textuelle des conflits que rencontre tout groupe humain dans son histoire, sa vie, sa mort, reste consacrée et même attendue. Qu'en serait-il si, par hasard, un auteur s'en prenait justement à ce qui fait logique dans le discours commun, ou plus exactement s'il s'en faisait un jeu très appliqué de recomposition, de déplacement, de retournement ?

Description

Quatrième de couverture

Et si tout à coup les mots ne disaient plus tout à fait ce que nous attendons d’eux ? Et si d’autres mots venaient les remplacer ? Et si la Corse telle qu’on la dit habituellement n’était, à l’instar du Codex, qu’un leurre de plus… ? Et si tout n’était finalement que littérature… Le discours et la méthode.

Deux manuscrits composent le présent ouvrage. Tous deux fort différents et pourtant issus de la même plume, celle d’un certain Casanova, un nouveau venu, autant dire un inconnu.

Différents ? Voire ! C’est bien de la Corse dont il s’agit ici et de l’aboutissement en feu d’artifice de l’imprudente mais constante trituration de son trop fameux « problème ». Voici donc un Codex, recueil de réflexions contemporaines puisées à la source du non-sense le plus rigoureux ; et un traité, enfin, une Esquisse théorique des socioglyphes, qui retrace les pérégrinations historiques, mais néanmoins imaginaires, d’un franciscain dont le chemin de Damas serait passé par l’île.

Qu’y apprend-on de bien savant ? Absolument rien, sinon que le traitement habituel de l’histoire et du présent de la Corse inviterait plutôt aujourd’hui à prendre du recul. L’illusion règne en maître et chaque mot possède son tiroir… Mais n’est-ce pas, à tout prendre, le meilleur car le premier des enseignements ? Au lecteur de juger si ces écarts de discours en disent plus long sur ce qui se cache habituellement derrière les mots convenus et, ce faisant, si tout n’est finalement en la matière, heureusement ou non, que littérature…


Extrait

« Aujourd’hui on cherche partout à répandre le savoir, qui sait si dans quelques siècles il n’y aura pas des universités pour rétablir l’ancienne ignorance. »
(Lichtenberg)

1. MÉTÉO. - Le vent s’est levé à la même heure que moi. Or j’ai fait la grasse matinée. Météo-France annonce-t-il un vent paresseux ?

2. CLICHÉ. - La terre est basse. Qu’en est-il de la Lune ? (1) On sait parfaitement que certains cultivateurs conduisent leurs cultures selon les phases de la Lune, donc indépendamment de la hauteur de la terre à la verticale des champs. (II) On sait aussi que, de tout temps, les cultivateurs de plaine ont envié les cultivateurs de montagne en ce sens que la pente offre toujours à ces derniers un demi-espace où la Terre, moins basse, réduit d’autant leurs efforts. (III) Les plus perspicaces des cultivateurs de plaine soulignent non seulement que les châtaignes, à quelque hauteur qu’elles mûrissent, chutent d’elles-mêmes à portée de main, mais qu’en plus les fraises des bois y poussent et y mûrissent d’emblée à hauteur de cueillette.

3. CONCEPT. - Supposez qu’une fourchette à gâteau partage par clonage son patrimoine génétique avec une cuillère à dessert. Vous accédez alors, malgré son inutilité et son improbabilité, au concept de pelle à tarte naine. Un concept n’a donc besoin ni d’être utile ni d’être probable pour être accessible à l’entendement.

Détails du produit

Parution
Albiana 2005
Format
14 x 22 cm
Nombre de pages
128
Nouveau produit

Commentaires

Aucun commentaire
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).