Sant’Antoninu

Sant’Antoninu

16,5 x 24 cm - 96 pages

9782846983853
11,00 €
TTC Livraison sous 1-2 semaines

Un site de la fin du Néolithique à l’extrémité du Cap Corse

Description

Extrait de l’avertissement de Françoise Lorenzi

Un site capcorsin

Le site dont nous publions l’étude a fait l’objet de nombreux ramassages de surface qui ont précédé et suivi les opérations archéologiques réalisées au cours de l’été 2001. Bien que le diagnostic archéologique ait mis en évidence l’occupation du site à deux périodes différentes de la préhistoire récente (Néolithique terminal – Chalcolithique et âge du bronze), aucune structure ne fut dégagée. Cependant l’abondance et l’originalité des vestiges recueillis en surface et au cours des sondages nous a incitée à publier tous ces documents d’une part à fin de sauvegarde, car le site fortement dégradé est en train de disparaître, et d’autre part pour constituer une base documentaire qui servira de comparaison avec des sites d’autres microrégions déjà inventoriés ou qui le seront dans les années à venir. Nous ne publierons donc ici que les éléments à la fois les plus caractéristiques, mais aussi les plus originaux trouvés sur ce site, car inédits dans le matériel insulaire publié, du moins en l’état actuel des connaissances. Que l’on ne s’y trompe pas toutefois, cela n’est pas extraordinaire ; il existe sûrement dans d’autres microrégions de notre île des sites tout aussi riches par le matériel recueilli ou les structures dégagées. Nous pensons qu’il est simplement dommage de ne pas les publier au seul motif qu’il s’agit de documents livrés majoritairement par des ramassages de surface. En d’autres termes, il nous tenait à coeur de transmettre ce patrimoine préhistorique du Cap Corse, non seulement parce que la phase chronologique à laquelle se réfère la première occupation du site n’est que fort peu documentée sur l’île – voire unique pour l’instant dans le Cap, mais aussi parce que le site est pratiquement voué à disparaître. En effet, la végétation, à l’exception de quelques arbustes de maquis bas, n’oppose qu’une faible résistance aux fortes pluies et aux eaux de ruissellement, mais à cela s’ajoutent les dégradations causées par le passage continu des animaux à proximité de bergeries, ce qui a entraîné le dégagement et le piétinement de très nombreux vestiges céramiques. Personne n’est vraiment responsable de cet état de fait et il est difficilement concevable que l’on puisse préserver tous les sites qui ont livré des vestiges remarquables pour la préhistoire de notre île. C’est donc uniquement par souci de mémoire vis-à-vis de notre patrimoine que nous publions ce site, et le lecteur voudra bien nous pardonner de ne lui transmettre que quelques vestiges lithiques et céramiques, petits fragments de vie abandonnés là par nos lointains ancêtres qui vécurent dans ce paysage magnifique tout au bout du Cap Corse, face à l’île de la Giraglia !


Sommaire

Présentation du site dans la microrégion
La découverte du site et les opérations archéologiques
L'étude du matériel
1/ L'occupation du Néolithique terminal-Chalcolithique (céramique, lithique taillé, lithique non taillé, éléments de meunerie)
2/ L'occupation de l'âge de bronze
3/ Rapprochements culturels et influences (Corse et Toscane)
Conclusion

Détails du produit

Parution
Albiana 2010
Format
16,5 x 24 cm
Nombre de pages
96
Nouveau produit

Commentaires

Aucun commentaire
Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).