Juin 2007

Strade n° 15

Mémoires des hommes (Lama 2006) / Pascal Paoli

29 X 30 cm - 128 pages

9782846981392 NV
15,00 €
TTC

Recueil de textes des colloques de l’ADECEM (Association pour le développement des études corses et méditerranéennes).

Description

Sommaire

Mémoires des hommes
Georges Ravis-Giordani : Avant-propos
Sixte Ugolini : « Les chemins de la mémoire à travers les dictons des villages. Mémoire des noms. »
Marie-Angèle Antonetti-Orsoni : « Cugnomi moltifinchi »
Simon Baccelli : « Lama, un village pendant la Grande Guerre »
Sylvain Gregori et Jean-Paul Pellegrinetti : « Scritti da u fronte : écrire pour survivre. Mise en perspective d’un projet de collecte et d’analyse des écrits des poilus corses durant la Seconde Guerre mondiale. »
Mélanges
Nicolas Mattei : « Une pratique des exercices spirituels en Corse. »
Pierre Claude Giansily : « Architectes communaux et départementaux en Corse au xixe siècle »
Marie-Michèle Venturini : « La Corse et la société de l’information : de la valorisation du patrimoine insulaire au développement du territoire. »
Introuvables
Dossier Pascal Paoli
Fernand Ettori : « Pascal Paoli, modèle du jeune Bonaparte. »
Fernand Ettori : « Du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes : la révolte des Corses et la théorie de la souveraineté. »
Carlo Bordini : « Note sur le rayonnement de Pascal Paoli dans l’Italie du xviiie siècle »
René Emmanuelli : « Le vrai testament de Pascal Paoli »
Chantiers ouverts
Philippe Lassalle : « Le littoral, espace de la culture, espace de la langue »


Extrait

Avant-propos de Georges Ravis-Giordani

« Ce quinzième numéro de Strade s’organise autour de trois axes. Il reprend quelques-unes des communications présentées l’an dernier au colloque de Lama autour du thème de « la mémoire des hommes ». À partir d’une collecte des dictons et des sobriquets de village, Sixte Ugolini s’interroge sur les mécanismes de ce qu’on pourrait appeler une identité contrastive : c’est du plus proche qu’il faut se distinguer le plus fortement, précisément parce qu’il est le plus proche ; et cette attitude se retrouve dans toutes les sociétés. En revanche, dans cette société corse structurée autour de la famille et de la parenté, premier et dernier rempart contre l’adversité, garant de la sécurité à court et long terme, les surnoms relevés par Marie-Angèle Antonetti-Orsoni en même temps qu’ils marquent, voire stigmatisent, sont repris pour affirmer, contre toute tentation de dissolution, l’unité et la solidarité du groupe »

Détails du produit

Parution
Albiana 2007
Format
29 X 30 cm
Nombre de pages
128
Nouveau produit

Commentaires

Aucun commentaire

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...