Annales méditerranéennes d'économie n° 2

Annales méditerranéennes d'économie n° 2

Économie et développement durable en Méditerranée

16,5 x 24 cm - 152 pages

9782846983532
15,00 €
TTC Livraison sous 1-2 semaines

Thème du numéro : Économie et développement durable en Méditerranée

Description

Sommaire

Avant-propos : « Économie et développement durable » Jacques Orsoni
« Le développement durable : une stratégie « soutenable » pour le capitalisme managérial ? » Michel Marchesnay
« Sortir du non-développement durable en Corse » Bernard Fustier et Jacques Orsoni
« Les firmes agroalimentaires des pays méditerranéens face aux défis de la mondialisation et du développement durable » Roland Pérez
« Alimentation infantile et comportement des jeunes parents en région méditerranéenne française. Une application aux produits biologiques » Thérèse Albertini et Delphine Bereni
« Une diète méditerranéenne pour l’hyperconsommateur » Bernard Cova et Jacques Orsoni
« Responsabilité sociale de l’entreprise et audit social : la diversité internationale des visions » Soufyane Frimousse et Jean-Marie Peretti
« Dans quelle mesure l’économie sociale et solidaire peut-elle contribuer à l’émergence d’une nouvelle économie du bien-être ? » Michel Rombaldi


Extrait

Avant-propos

Économie et développement durable
Les deux expressions économie et développement durable sont de plus en plus souvent accolées. Sont-elles claires pour autant ? Rien de moins sûr.

L’économie est une activité humaine. Point d’économie sans les hommes avec leurs besoins matériels, leurs espérances, leurs angoisses, leurs aspirations spirituelles mêmes, qui évoluent au cours du temps et paraissent variables selon les cultures. Pourtant en y regardant de plus près, on remarque qu’il existe quelques finalités constantes qui nous aideront à caractériser la nature complexe de l’économie.

Le besoin le plus élémentaire de l’homme est sans doute celui de vivre, de croître, de se développer. Ces expressions sont presque synonymes, car la vie porte toujours à la croissance et au développement, la cessation de ces deux forces annonçant la mort prochaine. Combattre les éléments hostiles de la nature, afin de les dominer et de les apprivoiser, c’est au sens le plus général ce que l’on peut appeler l’économie.

Or, de nos jours, un danger surgit, la finalité première de la vie disparaissant à mesure que l’efficacité s’accroît en vue d’un développement indéfini. Ce qui n’était qu’un moyen devient une fin : le développement pour le développement. Il faut alors se demander si, par cette démarche, ceux qui subissent la rationalisation et l’organisation ne deviennent eux-mêmes de simples moyens de production, rabaissés au stade de vulgaire stock de ressources humaines. L’homme doit certes pouvoir compter sur une gestion efficace, capable de combler ses besoins vitaux, faute de quoi l’économie ne serait pas apte à servir la vie et manquerait son but premier. Mais, dans ce contexte économique, l’homme est aussi en droit d’exiger une forme de travail qui soit à sa mesure, un travail humain qui lui laisse la liberté de se réaliser et qui n’en fasse ni un estropié ni un robot. Car le travail ne s’entend pas uniquement comme une activité nécessaire et souvent pénible permettant d’assurer la subsistance, il reste un moyen pour l’homme de s’affirmer en créant. Bref, nécessité accablante et œuvre élevant l’homme, telle apparaît la double nature du travail. Et c’est bien là où réside la difficulté, à un moment où le chômage se répand partout, chez les pauvres et chez les riches.

Il ne suffit pas, en effet, d’aménager – de manager – l’économie en fonction de son but premier, à savoir survivre, il convient encore de vivre de manière à combler des besoins d’un autre ordre. L’homme ne vit pas seulement de pain ! On le sait depuis longtemps.

Une économie qui satisfait aux deux premiers critères : la vie et la réalisation de la personne, mais qui engendre des inégalités sociales, paraît absurde, et cela non seulement aux yeux des défavorisés. La justice de répartition est elle aussi indissolublement liée à la question du sens de l’économie. On ne peut nier que dans une société de croissance à forte productivité, le problème social de la répartition perde de sa force explosive. Là où règnent une productivité élevée et le plein-emploi, là où les bénéfices et les salaires sont à la hausse, il y a davantage à distribuer et la satisfaction sociale grandit. Dès lors, on comprend que la croissance du revenu national soit en quelque sorte érigée en dogme économique ; « Il nous faut du développement, vive la croissance ! », ne cesse-t-on de proclamer. Le problème de la justice distributive ne disparaît toutefois pas dans un tel système, surtout pas de lui-même. Dans la société d’abondance occidentale, la pauvreté subsiste.

Elle regagne même actuellement du terrain, sous des formes nouvelles, sans que dans l’ensemble les personnes laissées au bord du chemin soient fautives. Il est donc inévitable d’affronter le défi de la pauvreté et de l’exclusion. Ainsi, l’on tente, pour y remédier, d’agrandir les parts du gâteau en le faisant grossir. Or, la croissance économique bute sur des limites nouvelles, celles de l’écologie.

Depuis le fond des âges, pour subsister et améliorer ses conditions de vie, l’homme exploite les ressources de la nature : l’air et l’eau, les plantes et les animaux, les matières dites premières et les sources d’énergie. Mais on prend conscience, depuis moins de cinquante ans, qu’on ne peut s’en tenir à consommer les biens naturels, on doit encore veiller à les conserver, parce qu’on est devenus trop gourmands.

L’exploitation irréfléchie de la nature constitue le plus grand danger de l’époque. On épuise les ressources naturelles irremplaçables, sans grand souci pour l’avenir des générations futures. S’ajoutent à pareille inconséquence la surexploitation effrénée des sols au moyen d’engrais artificiels, la pollution de l’air et des eaux, le dépérissement des forêts. Il faut donc changer vite de cap et trouver d’autres modes de fonctionnement.

L’idée de développement durable – ou développement soutenable – résume cette récente préoccupation. Le développement durable est défini dans le rapport Brundtland (1987) comme « un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

La finalité du développement durable consiste à définir des orientations et des choix, conciliant trois dimensions :
– l’économique : le développement ;
– le social : le souci de justice ou d’équité ;
– l’écologique : la protection de l’environnement.
La Corse et plus largement les régions qui bordent les rivages de la Méditerranée ont besoin de développement durable, car les années à venir sont grosses de périls dans ce canton de la planète.

Tout d’abord, une bombe démographique risque d’exploser. En ce début de siècle, le bassin méditerranéen, avec ses 460 millions d’êtres humains, est déjà plus peuplé que la Communauté européenne. Or les prévisions suggèrent que la population méditerranéenne atteindra le chiffre de 600 millions de personnes en 2030 et 900 millions en 2050. Cette masse humaine sera ébranlée, déstabilisée pour deux raisons. L’urbanisation, tout d’abord, détruira les modes de vie traditionnels puisque, dans vingt-cinq ans, 80 % des Méditerranéens auront quitté les villages et se concentreront dans des villes encombrées et polluées.

Plus grave encore apparaît être la seconde menace. De fait, les deux rives connaissent deux régimes démographiques opposés. Au nord, la fécondité est chétive : de 1,3 à 1,5 enfant par femme en Lombardie ou en Corse ; au sud : 3 à 4 enfants par foyer. En dépit des réserves et des craintes engendrées par l’immigration, les pays du Nord vieillissants auront besoin de main-d’œuvre dans certains domaines d’activité, tandis que les terres du Sud et de l’Est débordent d’un excès de jeunesse, même si la transition démographique commence à faire sentir ses effets. Ces derniers pays éprouveront donc de forts besoins d’emplois et de denrées alimentaires qui inviteront leurs dirigeants à rechercher le développement rapide et pousseront des foules vers l’émigration, si l’on n’y prend garde.

Le second danger potentiel est d’ordre économique, car un énorme écart de richesse sépare les deux rives. Ainsi, de l’Arc latin (France, Italie, Espagne) seul proviennent quatre cinquième du PIB, autrement dit 80 % des richesses engendrées tous les ans en Méditerranée. Plus parlante encore à l’imagination apparaît la différence de revenus entre un Égyptien et un Français : quand le premier gagne péniblement un euro, le second en empoche plus de vingt.
Pour les entreprises situées sur la rive nord de la Méditerranée, le sud et l’est de la mer ne représentent qu’un maigre marché : elles n’y vendent que 10 % de leurs exportations. En revanche, du Maghreb au Proche-Orient, la démographie toujours croissante attise les besoins de croissance, mais celle-ci est freinée par les contraintes financières imposées par le remboursement des dettes et par la crise.

Par conséquent, le chômage risque de s’étendre, suscitant, ici et là, des explosions sociales et des émigrations sauvages. Enfin, un péril écologique grave pèse sur la nature souvent fragile du bassin méditerranéen, qui ne recèle que des ressources limitées. En 2050, la température pourrait s’élever de 3° à 5° et le niveau de la mer augmenter d’un mètre ! Tous les pays baignés par notre mer commune, à l’exception de la France et de l’Espagne, ont par ailleurs une agriculture trop chiche. Ainsi, l’Égypte ne couvre que 40 % de ses besoins alimentaires, l’Algérie ou la Tunisie à peine 60 %. Si l’on voulait aligner la consommation de viande des Algériens sur celle des Français, il faudrait que l’élevage maghrébin multiplie sa production par 30 !

Dans quarante ans, les ressources en pétrole du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord seront peut-être épuisées et ces pays deviendront, à leur tour, importateurs. En outre, si l’on veut accueillir davantage de touristes, il faudra encore sacrifier des plages, des roches ou des falaises, alors que, sur les 45 000 kilomètres du rivage méditerranéen, déjà 20 000 sont mités par le béton. Enfin, l’eau deviendra aussi précieuse que le diamant, puisqu’on envisage que la consommation, sur la rive nord, augmentera de 50 %, tandis que, sur la rive sud et la rive est, elle devrait progresser de 400 %. Dès lors, pour éviter un drame qui, s’il se produisait, ne serait pas dû à un choc de civilisation, comme on le répète trop souvent, il convient d’être vigilant. C’est ce que nous tentons de faire ici, relativement à un nombre limité de questions.

Jacques Orsoni

Détails du produit

Parution
Albiana - Università di Corsica 2010
Format
16,5 x 24 cm
Nombre de pages
152
Nouveau produit

Commentaires

Aucun commentaire

Vous aimerez aussi

Article ajouté à la liste de souhaits
Product added to compare.

Le site Albiana.fr utilise des cookies pour la gestion de votre compte client et suivre l'audience (sans suivi individuel).