×

S'identifier

Informations

Données de contact

ou se connecter

Prénom obligatoire
Nom obligatoire
Prénom invalide
Nom invalide
Adresse mail invalide
Adresse mail obligatoire
Cette adresse existe déjà
Mot de passe obligatoire
Entrez un mot de passe valide
6 caratères minimum s'il vous plaît !
16 caratère minimum s'il vous plaît !
Les mots de passe ne correspondent pas
Vous devez accepter les termes et conditions
Mauvais Email ou mot de passe

Le balcon

ISBN : 9782824108544

Disponibilité : En stock

Le balcon

Jacques Thiers

16,00 €

Soyez le premier à commenter ce produit

Description

Détails

 
Caractéristiques de l'ouvrage

Caractéristiques de l'ouvrage

Auteur Jacques Thiers
parution Albiana 2017
Nombre de pages 260
Format 12,5 x 21 cm
Quatrième de couverture

«C’est ainsi qu’à force de l’attendre sont passés plus de trente ans ; trente-cinq, si je me souviens bien, et peut-être davantage. En réalité cela doit faire quarante ans. Quarante ans perchés sur le balcon de mes espoirs. À regarder la mer en bas, et aussi le virage de l’église où apparaît la camionnette. Or, à la mort de Venerosa, l’idée m’est venue brusquement, de manière insensée. L’idée du départ, d’aller rejoindre Pierre. Il m’attendait. Il ne pouvait écrire, mais il m’attendait… C’est pour cela que j’ai demandé à Gnigninu de m’aider. La seule personne du village à qui l’on pouvait faire confiance. Il tournait toujours par ici, sous mon balcon. Après avoir fini sa tournée, il rôdait toujours par ici. Plus d’une fois j’ai eu l’impression qu’il suffisait de penser à lui pour qu’immédiatement, il se trouve là ! On le voyait en bas, sous le bacon. Toujours prêt à rendre service et sans poser de question. Un beau sourire de personne honnête et prête à se démener pour autrui. Je lui ai dit que, m’apprêtant à partir faire un voyage, j’avais besoin qu’il achète pour moi les deux valises qu’il me fallait préparer. Il a accepté sans me demander quoi que ce soit d’autre. J’ai attendu. Attendu. Tous les jours Gnigninu se montrait sur la place. Et il me faisait le même signe de la tête pour me dire non. Et il disparaissait aussitôt sans que j’aie pu lui demander pourquoi. Pour quelle raison ? En réalité je savais bien que je ne pourrais jamais partir. Et à chaque fois, je restais songeuse… Bien sûr, il y avait un obstacle, un empêchement, ou plutôt quelqu’un qui s’interposait. Les gens sont si mal intentionnés, dans ces parages… Quant à Gnigninu, je suis sûre qu’il n’épargnait pas ses efforts… Il se démenait, mais lorsque vous avez tout le monde contre vous, qu’est-ce que vous pouvez bien faire, tout seul ! Il n’avait pas encore réussi, mais ça ne devait pas tarder. Je savais que je pouvais y compter. Les jours se sont écoulés, puis les semaines… Peu à peu l’idée même d’un départ s’est perdue dans le noir. Et d’ailleurs où partir ? À Tahiti ? Le Grand Comptoir du Pacifique Sud ? Trente ans après ? Pour se retrouver là-bas, seule, vieille et après tant d’années ? Sans rien savoir ni de Pierre ni de rien.»

Collection
Commentaires
Mots clés

Mots clés du produit

Utilisez un espace pour séparer les mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.