En octobre 1943, la Corse est totalement débarrassée des troupes de l’Axe qui l’ont fait souffrir. Les partisans ont mené une insurrection libératrice, appuyés très vite par les troupes coloniales et les moyens militaires des Alliés.

Située en face de l’Italie, où les combats se concentrent, elle devient une place forte stratégique et, dès la fin 1943, elle se couvre de nombreuses pistes d’aviation qui abritent les unités de chasse et de bombardement des Alliés, essentiellement celles des Américains.

Ceux-ci appellent tout naturellement l’île USS Corsica, à la manière de leurs porte-avions. Ils seront plusieurs dizaines de milliers à passer par la Corse : aviateurs, personnels au sol, hommes du génie, troupes spéciales, etc.

Quand ils sont en Corse, la guerre occupe bien sûr l’essentiel de leurs activités. Mais, dans le temps qu’il leur reste, les soldats américains commencent à sillonner l’île, à rencontrer des gens, à se lier, à vivre des aventures… et à écrire et prendre des photos.

Le recueil de ces témoignages, des archives personnelles ou officielles aura pris plus de dix ans à l’auteur, pour un résultat exceptionnel. L’ouvrage, à nouveau disponible depuis cet été, propose ces documents inédits : la vie d’aviateur, ses missions, ses loisirs, etc. Mais surtout, pour nous, en Corse, c’est la vie de nos anciens qui se dévoile en une période où probablement personne n’avait plus le goût ni les moyens pour la photographie et le tourisme. La Corse y est saisie dans une authenticité peu courante. Et c’est avec émotion que l’on peut à nouveau feuilleter le grand frère de We Corsicans (paru en 2016), il n’a rien perdu de sa puissance d’évocation…

 

 

USS Corsica

Dominique Taddei & Michel Martraix (ill.)